#Canada, #Francophonie

Mélanie Joly lance une invitation à Denise Bombardier

La ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly. Archives #ONfr

OTTAWA – En marge d’une conférence de presse, ce jeudi, la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly a réagi aux propos tenus par la journaliste et romancière Denise Bombardier, dimanche dernier, à l’émission québécoise, Tout le monde en parle

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Sans dénoncer formellement les propos tenus par Mme Bombardier, la ministre Joly a préféré lui lancer une invitation.

«J’invite Mme Bombardier à aller sur le terrain pour découvrir la réalité de nos communautés linguistiques en situation minoritaire. Et je l’invite personnellement à venir avec moi au grand Tintamarre, le 15 août prochain, en Acadie, pour pouvoir célébrer le fait français à l’extérieur du Québec», a-t-elle déclaré.

Relancée pour savoir si elle pensait que ces propos étaient «méprisants», l’élue québécoise a préféré parler d’incompréhension.

«On voit de par la réponse des francophones en milieu minoritaire à quel point il y a une incompréhension de ce qui se passe sur le terrain.»

 

Les invitations de Mme Bombardier

Ces derniers jours, les propos de Mme Bombardier lors du rendez-vous hebdomadaire québécois Tout le monde en parle, à l’antenne de Radio-Canada, ont suscité de vives réactions sur les médias sociaux.

Mme Bombardier avait notamment déclaré dans un échange avec l’ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien: «À travers le Canada, toutes les communautés francophones ont à peu près disparu. Il en reste encore un peu en Ontario. Au Manitoba, je suis allée encore au mois de janvier, chez les Métis, on ne parle plus le français.»

En lançant son invitation, Mme Joly a repris au bond les invitations qui ont été lancées à Mme Bombardier de part et d’autres du Canada. L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) l’a notamment invitée à participer à son congrès de cette fin de semaine, à Toronto. La Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) lui a quant à elle proposé d’assister au Tintamarre du 15 août, à Caraquet.

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et le Centre de la francophonie des Amériques lui ont également proposé une rencontre pour «jaser francophonie».

 

Jean Johnson tend la main aux Québécois

Présent lors de la sortie de Mme Joly, le président de la FCFA, Jean Johnson, a préféré voir la situation de manière positive.

«Je suis vraiment content que Mme Bombardier l’ait fait, car ça a engagé un dialogue sur la place publique et on souhaite que les Québécois souhaitent s’engager dans un dialogue avec les francophones en situation minoritaire. Pour moi, je le vois comme quelque chose de positif, même si je ne suis vraiment pas fier de sa déclaration.»

Il a toutefois dénoncé la vision de Mme Bombardier.

«Ce n’est pas la réalité ! C’est une fausseté! Un discours qui date de 40 ans! Je me souviens d’une visite de René Lévesque au campus St-Jean [en Alberta] au début des années 70. Il nous avait déclaré qu’on avait le choix, si on tenait à notre langue, de déménager au Québec ou de s’assimiler. Ça avait été mal reçu et l’expression de Mme Bombardier nous remet là-dedans. Ce que je dis à Mme Bombardier et aux Québécois, c’est qu’il y a une communauté francophone dynamique, engagée et vibrante dans tous les coins du pays. Venez nous découvrir!»

 


POUR  EN SAVOIR PLUS:

Réactions aux propos de Denise Bombardier: des clichés de part et d’autre?

Les propos de Denise Bombardier sur les francophones hors Québec font réagir

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
12+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.