#Ontario

«Notre cœur va aux victimes et ceux qui sont affectés», dit Wynne

Les députés de Queen's Park levés dans la législature en l'honneur des victimes de la tragédie de Toronto
Un moment de silence a été observé à Queen's Park en l'honneur des victimes de l'incident de Toronto. Crédit image: Jean-François Morissette

TORONTO – La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a appelé les Ontariens à la réflexion au lendemain de la tragédie qui a coûté la vie à dix personnes au coin des rues Yonge et Finch le lundi 23 avril à Toronto.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

Au même moment, dix accusations de meurtre au premier degré ont été déposées contre le suspect, Alek Minassian, 25 ans, originaire de Richmond Hill. La tragédie a également fait 14 blessés. Pour le moment, 13 accusations de tentative de meurtre ont été déposées contre M. Minassian.

À Queen’s Park, la première ministre ontarienne a tenu à souligner «le travail exceptionnel des premiers intervenants» qui sont venus en aide aux victimes.

«Comme l’a dit le maire (de Toronto) John Tory, dans ces circonstances, nous avons le besoin d’aider et peut-être que cela va pouvoir nous permettre de passer au travers cette tragédie», a insisté Mme Wynne.

La première ministre Wynne a ajouté qu’elle offrait «toutes les ressources nécessaires» pour la suite des événements. Cela inclut, les ressources policières de la Police provinciale de l’Ontario (PPO) et le soutien aux familles et aux victimes éprouvées par la tragédie.


«Les familles et les victimes verront leur vie changée à jamais, mais nous devons continuer à vivre.» – Kathleen Wynne


La première ministre de l’Ontario a assuré que la ville de Toronto était sécuritaire après les événements. Accompagnée du maire de Toronto, John Tory, Mme Wynne a aussi déposé des fleurs au mémorial improvisé près du lieu de la tragédie.

«Cette endroit sera marqué à jamais de cette cicatrice. Mais les cicatrices peuvent guérir», a lancé le maire Tory.

Du côté de l’opposition officielle, le chef législatif du Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario, Victor Fedeli, a chaudement applaudi le travail des premiers intervenants. Avant la période de questions, M. Fedeli a assuré que la famille conservatrice et le chef du Parti PC, Doug Ford, étaient de «tout cœur avec les victimes de cette tragédie».

La chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario, Andrea Horwath, s’est rendue sur les lieux du mémorial le 24 avril au matin afin de se recueillir. Mme Horwath a assuré qu’il fallait faire «preuve de compassion dans cette situation» et a demandé justice pour les victimes de la tragédie. Elle a appelé les Ontariens à se recueillir dans cette période trouble.

Un instant de silence a été observé à Queen’s Park avant la période des questions et les drapeaux ont été mis en berne devant la législature ontarienne.

Le drapeau en berne devant Queen’s Park. Crédit image: Jean-François Morissette

 

Le travail des policiers souligné

La ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels de l’Ontario, Marie-France Lalonde, a applaudi le travail des policiers lors des événements. Dans des images qui ont fait le tour du monde, on voit le policier, Ken Lam, maîtriser le suspect, Alek Minassian, sans tirer un seul coup de feu.

Hier, le chef de police de Toronto, Mark Saunders, a souligné que les policiers sont entraînés à «utiliser le moins de force possible».

«C’est un événement tragique et ce qui est bien dans cette histoire est de voir le facteur humain, des gens qui s’entraident», a indiqué Mme Lalonde.

La ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels de l’Ontario, Marie-France Lalonde. Crédit image: Jean-François Morissette

Mme Lalonde n’a pas voulu spéculer sur les motifs du suspect, en ajoutant que l’enquête était toujours «active».

Le coroner en chef de l’Ontario, Dirk Huyer, a indiqué que plusieurs jours pourraient être nécessaires afin d’identifier les victimes et que le processus était «complexe». L’une des victimes, selon plusieurs médias, est Anne Marie D’Amico, une jeune Torontoise.

Lors d’un point de presse en après-midi, le 24 avril, la police de Toronto a confirmé que les victimes étaient «à prédominance» des femmes, mais n’a pas voulu spéculer sur les raisons derrière cet événement.

La police de Toronto a confirmé que M. Minassian avait fait une publication «cryptée» sur Facebook, mais n’a pas donné plus de détails sur le sujet.

 

Une «attaque», selon Justin Trudeau

Un peu plus tôt aujourd’hui, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, n’a pas hésité à qualifier l’incident de Toronto «d’attaque».

Il a adressé ses «plus sincères condoléances» aux victimes et à leur famille. Le premier ministre du Canada a salué «le courage des premiers intervenants et des policiers», qui ont agi rapidement pour régler la situation.

Justin Trudeau a répété ce que son ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada, Ralph Goodale, avait dit, la veille, lors d’un point de presse avec le chef de police de Toronto, Mark Saunders.

«Il n’y a pas de lien avec la sécurité nationale. Les motifs de cette attaque insensée demeurent inconnus.»


«Nous allons regarder ce que nous pouvons faire de plus pour assurer la protection des Canadiens. Nous ne devons pas commencer à vivre dans la peur et l’incertitude. Nous devons rester un pays ouvert et libre, à l’aise avec nos valeurs. Et c’est ce que nous ferons.» – Justin Trudeau


Le premier ministre a promis de se rendre sur les lieux de la tragédie «dans un temps opportun».

Même son de cloche chez M. Tory. Lors d’un point de presse à l’Hotel de Ville, M. Tory a parlé d’une attaque «délibérée» et «horrible». Le signe de Toronto, à Nathan Philip Square, sera éteint ce soir en l’honneur des victimes.

Une page GoFundMe a été mise en place pour aider les familles des victimes. Au moment de mettre en ligne, plus de 70 000 $ avaient été amassés.

 

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Incident de Toronto: les réactions politiques se succèdent

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72

Jean-François Morissette est un diplômé des programmes de sciences politiques et de journalisme de l’Université Laval, à Québec. Il a évolué au sein de plusieurs médias, dont le journal provincial L’Étoile, qui couvre les dossiers de la communauté francophone du Nouveau-Brunswick. Il a aussi collaboré avec Le Journal de Québec et la Quête. Il couvre le parlement ontarien pour #ONfr.