#Francophonie, #Ontario

Nouvelle formation pour les pompiers: la version francophone absente

Gracieuseté Flickr

TORONTO – En mars, le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels (MSCSC) s’est penché sur un règlement qui obligerait les pompiers de l’Ontario à suivre une formation. Mais les pompiers francophones du Nord s’inquiètent de devoir se déplacer loin pour une formation qui n’est toujours pas disponible en français.

DIDIER PILON
dpilon@tfo.org | @DidierPilonONFR

Selon le nouveau règlement, tous les pompiers de l’Ontario devront être certifiés selon les standards de l’organisme américain, la National Fire Protection Association (NFPA). Toutefois, à huit mois de l’entrée en vigueur suggérée, la formation n’est toujours pas disponible en français.

Si le règlement est approuvé, tous les pompiers engagés dès le 1er janvier 2019 devront avoir suivi la formation «NFPA 1001 — Standard for Fire Fighter Professional Qualifications». Les pompiers qui travaillent déjà pour les services d’incendie de l’Ontario auront jusqu’au 1er janvier 2020 pour en faire de même.

Toutefois, alors que la formation est offerte depuis longtemps en anglais, le MSCSC ne peut confirmer lorsque la version francophone sera disponible.

«La formation sera offerte en français», assure l’attaché presse et gestionnaire d’enjeux du MSCSC, Dorijan Najdovski. «Mais pour l’instant, nous n’avons pas d’échéancier pour indiquer quand elle sera offerte.»

«Nous comprenons à quel point c’est important que les Ontariens aient accès aux services en français et en anglais», a-t-il ajouté dans un courriel en anglais. «Le Bureau du commissaire des incendies travaille afin de développer une version francophone de la formation. Nous espérons qu’elle sera disponible bientôt.»

 

Les pompiers de Hearst s’inquiètent

Jean-Marc St. Amour, chef pompier de Hearst, avoue que les pompiers de sa caserne seront pris au dépourvu si la certification n’est pas offerte en français. «Pour plusieurs de nos pompiers, ce sera un défi important», explique-t-il. «Beaucoup d’entre eux auront besoin d’aide pour traduire la formation.»


«Les services d’incendie volontaires représentent plus de 50 % de tous les services d’incendie de l’Ontario. Le nombre des pompiers volontaires dans la province dépasse celui des pompiers à temps plein de plus de 8 000.» – Ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels


M. St. Amour s’inquiète aussi de l’impact du nouveau règlement sur la rétention de ses pompiers.

«Étant une petite municipalité avec une population de 5 000 habitants, notre service d’incendie est entièrement constitué de bénévoles», a-t-il écrit dans une lettre adressée à Marie-France Lalonde, la ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels. «Un des défis de notre département est la rétention de nos pompiers volontaires et nous craignons que certains d’entre eux perdent l’intérêt ou démissionnent si la certification prend trop de leur temps de vacances.»

Dans le Nord ontarien, il n’existe que deux Centres de formation. Un est à Thunder Bay et l’autre à Timmins. Les pompiers de Hearst auront donc à faire trois heures de route pour se rendre à la formation la plus proche. Aucun des centres de la province ne possède un site web disponible en français.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+

Didier Pilon
dpilon@tfo.org

Originaire de Rockland, Didier Pilon baigne depuis longtemps dans la vie culturelle et communautaire de l’Ontario français. Il est diplômé d’une maîtrise en philosophie politique de l’Université d’Ottawa, où il s’est initié au journalisme au journal indépendant La Rotonde. Il a aussi collaboré avec de nombreux journaux et blogues culturels avant de se joindre à l'équipe d'#ONfr en 2017 pour poursuivre sa passion, l’actualité politique.