#Francophonie, #Ontario

Ottawa bilingue: l’absence de promotion de la Ville depuis la loi

Archives #ONfr

OTTAWA – Après les réjouissances de la désignation officielle d’Ottawa par la province, le 14 décembre dernier (Loi 177), la Ville est plutôt silencieuse. Et le manque de promotion du bilinguisme officiel commence à faire grincer des dents.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

Aucun communiqué de presse mentionnant ce pas en avant, absence de référence au projet dans le discours d’une heure de Jim Watson sur les bons coups de 2017, la Ville mettrait-elle en sourdine ce nouveau statut?

«La façon de voir cette adoption sans tambour ni trompette est symptomatique du désintérêt de Jim Watson vis-à-vis de ce projet-là», analyse Stéphanie Chouinard. Pour la politologue du collège militaire Kingston, il est clair que le maire d’Ottawa s’est rallié «à la 11ème heure, pas du tout chaud».

Lors de la proclamation de son bilinguisme officiel en 2002, la Ville de Moncton avait tout de même fait une déclaration en ce sens. Le maire de l’époque Brian Murphy ne s’était pas montré avare de commentaires, selon un article de L’Acadie Nouvelle à cette période. «Même si nous avons déjà mis en oeuvre au sein de la municipalité une politique portant sur la prestation des services dans la langue officielle du choix des interlocuteurs, il s’agit d’une déclaration très symbolique de la part du conseil municipal qui désire réitérer son engagement à offrir des services bilingues.»

Même le premier ministre de l’époque, Jean Chrétien, avait alors salué le geste des conseillers municipaux disant que la décision a «fait de Moncton un modèle pour le reste du pays».

«Le climat du conseil municipal d’Ottawa n’est pas celui de Moncton en 2002», réplique Mme Chouinard.

Le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, l’admet: «C’est une déception.» Et d’ajouter: «On réagit toujours à une situation, on n’est jamais proactif. Je trouve cela difficile en tant qu’élu et pour la communauté francophone…. Pour moi, l’absence de référence à Ottawa bilingue dans le discours du maire est un oubli très difficile à avaler. C’était un accomplissement très important pour la communauté francophone.»

 

«Certains élus ne réalisent même pas»

D’habite plus mesuré, M. Fleury se fait même catégorique: «Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas de reconnaissance publique (…) Certains élus ne réalisent même pas qu’on est officiellement bilingue.»

Bernadette Sarazin, la porte-parole du mouvement Ottawa bilingue. Crédit image: Archives #ONfr

Figure de proue du mouvement Ottawa bilingue, la porte-parole Benadette Sarazin apparaissait quelque peu embarrassée à notre question, en marge du Prix Bernard-Grandmaître. «M. Watson s’est souvent exprimé dans les journaux pour dire qu’il appuyait la démarche (…) Je pense que c’est important de mettre en valeur la politique que nous avons à Ottawa, de demander les services en français, car si on demande les services en français, ça va grandir.»

Au dernier comité consultatif sur les services en français le mois dernier, on préférait aussi afficher un certain optimisme. «Pour le maire Watson, la Ville était déjà bilingue, c’est peut-être la raison pour laquelle il n’y a pas eu d’annonce officielle à ma connaissance», faisait part à #ONfr, la présidente Joanne Leroux.

«Mais on se réjouit de ce projet de loi et plusieurs organismes, comme l’ACFO, et les médias se sont chargés de faire connaître cette nouvelle. C’est certain que moi je voudrais toujours plus de célébrations, mais notre but au comité, c’est avant tout de faire rayonner la francophonie et d’appuyer la ville dans l’offre de ses services bilingues.»

Selon les informations recueillies par #ONfr, le mouvement #Ottawabilingue travaillerait à conserver une bonne relation avec Jim Watson. La prudence apparente du mouvement ne serait donc pas un hasard, pour Mme Chouinard. «Le mouvement prend peut-être le temps de reprendre son souffle. Mais c’est certain qu’il y’aura des engagements à préciser.»

 

Des progrès attendus

Car tous s’accordent au moins sur une chose: les services en français sont à améliorer à la Ville d’Ottawa. «La plupart de la documentation pourrait être traduite en français», poursuit Mme Chouinard.

«On est officiellement bilingue. Ce n’est qu’un début, à savoir comment la politique va être modifiée, quel genre d’influence va avoir le provincial, le fédéral et les résidents d’Ottawa», argue M. Fleury.

Rare certitude pour le moment incluse dans la loi 177: les pouvoirs élargis du Commissariat aux services en français pour enquêter. Concrètement, François Boileau a maintenant plus de latitude pour gérer des plaintes. Dans les faits, l’article 14 de la Loi sur les services en français autorise les citoyens d’une dizaine de municipalités de porter plainte en cas de manquement aux services en français dans leur Ville.

«En les ayant encastrés dans une loi, c’est beaucoup plus difficile de les modifier, mais on doit travailler pour améliorer ces services-là, si il y’a un manquement, on peut communiquer avec M. Boileau», se félicite Carol Jolin.

 

Article écrit avec la collaboration de Benjamin Vachet 

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.