Passer au contenu Passer au pied de page

Postes Canada doit aussi avoir des adresses web en français

Temps de lecture : 4 minutes

TORONTO – Postes Canada a enfreint la Loi sur les langues officielles en décidant de rediriger les internautes francophones vers des adresses web en anglais seulement, a tranché le Commissariat aux langues officielles. Corriger cette gaffe sera complexe et coûteux, réplique la Société des postes, qui devra néanmoins se plier à la décision.

Au premier abord, l’URL de Postes Canada est bel et bien en français  : www.postescanada.ca. Mais en navigant dans le site, l’internaute francophone se fait ensuite rediriger vers des pages dont les adresses sont sur le portail anglophone www.canadapost.ca. Le contenu est en français, mais l’adresse URL de la page est en anglais.

Un détail ? Pas selon le commissaire aux langues officielles du Canada, Raymond Théberge.

« Le nom de domaine est le noyau de l’URL ; il représente l’identité que l’institution veut présenter au grand public et à son public cible. Toute institution fédérale canadienne représente le Canada, et selon la partie IV [de la Loi sur les langues officielles], elle doit de se présenter également dans les deux langues officielles », écrit-il dans son rapport d’enquête daté de février 2020, dont ONFR+ a obtenu copie.

Le site internet de Postes Canada et un exemple d’adresse en anglais du site internet. Photomontage ONFR+

Le commissaire aux langues officielles s’appuie sur le concept de l’offre active pour justifier sa décision.

« Bien que le contenu d’une page web soit la raison pour laquelle un utilisateur visite le site web, le nom de domaine et ses URL sont comme les panneaux de signalisation qui jouent le rôle d’offre active de service bilingue au sens de l’article 28 de la Loi », avance-t-il.

La plaignante explique ses motivations

Un URL unilingue anglais n’est pas non une bagatelle, selon la plaignante dans cette affaire, Chantal Carey.

« Le manque de respect envers quiconque me choque. Il y a deux langues officielles reconnues au Canada par la législation. Il faut condamner le comportement des institutions fédérales qui donnent préséance à une langue plutôt qu’à une autre en ignorant une loi que tout le monde est tenue de suivre », affirme-t-elle.

Observatrice privilégiée du bilinguisme canadien, elle a porté plainte à de nombreuses reprises concernant différent manquement à la Loi sur les langues officielles. Un URL en anglais est une chose, mais lorsque cela s’ajoute aux autres lacunes du système, les francophones payent le prix fort, croit-elle.

« Lorsqu’on examine le portrait global du traitement qui est accordé à chacune des langues officielles par le gouvernement fédéral, ce genre de situation est loin d’être banale ou isolée. Un moustique qui vous tourne autour de la tête est désagréable. Imaginez-en plusieurs au quotidien et vous finirez par trouver la situation insoutenable », dit-elle.

Des changements qui coûteront des « millions de dollars »

Postes Canada a justifié sa décision. « La Société des postes a expliqué que les URL sont en anglais parce qu’elle a fusionné ses deux domaines antérieurs (canadapost.ca et postescanada.ca) en un seul (canadapost.ca) en 2015. Cette décision avait été prise pour des raisons techniques et d’image de marque. D’après la SCP, avoir deux domaines séparés et deux ensembles de pages portait à confusion et nuisait à la facilité de recherche du site sur Internet par le public », rapporte le Commissariat. Postes Canada affirme que le contenu des pages est francophone et que c’est ce qui importe.

Revenir à l’ancien système (un domaine en français et un autre en anglais) ou encore adopter un URL bilingue (comme canadapost-postescanada.ca) constitue un projet « pluriannuel requérant des millions de dollars, ce qui aurait une incidence négative sur toutes les ressources de l’entreprise », selon Postes Canada.

L’un des bureaux de la poste de Postes Canada. Gracieuseté : Postes Canada

Le commissaire aux langues officielles affirme ne pas être insensible aux conséquences financières de sa décision.

« Bien que la mise en œuvre des recommandations peut représenter des coûts et des efforts importants, la Société des postes est tout de même responsable de s’assurer que toute communication avec le public soit faite dans les deux langues officielles en tout temps. Exceptionnellement, une prolongation du délai de mise en œuvre des recommandations de 12 à 18 mois est accordée », a-t-il décidé.

Chantal Carey est d’avis que de laisser passer des gaffes sans forcer les organismes fédéraux à les corriger c’est s’engager sur une pente bien glissante.

« C’est la propre négligence de la Société canadienne des postes qui va lui coûter cher. Elle est responsable de ses erreurs, tout comme je suis responsable si je casse quelque chose chez vous ! Ça n’aurait pas coûté plus cher si la Société des postes avait bien fait son travail dès le début. Peut-être devra-t-elle penser à prendre des assurances pour que les Canadiens n’aient pas à payer la note la prochaine fois ! », lance-t-elle.

Mme Carey note qu’entre le moment où elle a porté plainte dans ce dossier et la date butoir pour établir les correctifs, plus de deux ans se seront écoulés…

Postes Canada n’aurait-il pas pu s’assurer de conserver une plateforme avec des adresses bilingues dès le début ? Combien de temps les changements prendront-ils ? Combien cela coûtera ? Postes Canada a fourni une réponse laconique à toutes ces questions.

« Nous examinons le rapport du commissaire et ses recommandations. Nous tenons à souligner que le contenu de notre site web unifié est entièrement bilingue et offre aux clients une meilleure expérience grâce à un accès simultané à des informations en français et en anglais », a soutenu la société d’État dans une courte déclaration anonyme et non-signée.

LE COMMISSARIAT AUX LANGUES OFFICIELLES IMPOSE À POSTES CANADA DE :

S’assurer que l’offre active soit présente de manière non équivoque dans le nom de domaine de son site web et que l’URL de chaque page affichée soit, en tout temps, de qualité égale dans les deux langues officielles.

D’établir et de mettre en œuvre des procédures officielles documentées afin de s’assurer que l’offre active de service bilingue soit prise en compte dans toutes les décisions institutionnelles touchant les médias électroniques.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+