Passer au contenu Passer au pied de page

Quatre fois plus de plaintes sur les services en français aux élections

OTTAWA – Le Commissariat aux langues officielles a reçu près de quatre fois plus de plaintes qu’en 2015 pour un manque de services en français lors des élections fédérales.

Au total, ce sont quelque 108 plaintes qui ont été formulées auprès du chien de garde des droits linguistiques, dont 103 plaintes liées aux services en français, trois plaintes liées au service en anglais et deux autres liées à la formation. Ces chiffres tiennent compte du vote par anticipation où plusieurs plaintes avaient déjà été constatées par ONFR+.

En comparaison, le commissariat n’avait reçu que 24 plaintes en 2015, toutes pour des problèmes de services en français.

« Je pense que le nombre en 2015 ne reflétait pas la réalité. L’augmentation de cette année s’explique par deux facteurs : tout d’abord, nous avons mené plus d’activités de sensibilisation et deuxièmement, je pense que les gens connaissent mieux leurs droits et les affirment davantage », explique le commissaire Raymond Théberge.

Le jour du scrutin, la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada avait multiplié les gazouillis pour inciter les gens à demander leur service en français au moment de voter et à déposer une plainte s’ils ne pouvaient le recevoir.

C’est notamment le cas de Barbara Gilbert, résidente de Toronto, qui raconte son expérience lors du vote par anticipation dans la circonscription de Toronto-St. Paul’s.

« J’ai dit « bonjour » en français à l’accueil, on m’a répondu en anglais pour me dire d’attendre en ligne. Puis, au bureau de scrutin, la personne non plus n’était pas capable de me répondre en français. À aucun moment elle ne m’a offert le service. Quand je lui ai répondu en anglais au moment où elle me demandait ma carte d’identité, je l’ai sentie agacée de voir que je demandais un service en français alors que je suis bilingue. Ensuite, elle s’est contentée de me faire des signes pour me diriger. Elle ne m’a plus adressé la parole, elle a juste pointé. J’étais très déçue. »


« J’ai senti que j’agaçais la personne en demandant un service en français » – Barbara Gilbert, Toronto


C’était la première fois que Mme Gilbert demandait son service en français, mais cette mauvaise expérience ne l’a pas découragé au contraire.

« Je vis à Toronto depuis 19 ans, mais c’est la première fois que je demande le service en français pour les élections. Les coupures du gouvernement Ford en Ontario m’ont rendu trois fois plus militantes. La prochaine fois, je vais exiger un service en français ! »

Interprétation différente

La moitié des plaintes reçues par le commissariat ont été enregistrées en Ontario, dont 22 dans la partie ontarienne de la région de la capitale nationale.

« Nous avons collaboré avec Élections Canada pour répondre aux plaignants en quelques heures et pour régler rapidement les problèmes. On a vu un certain progrès, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir », explique M. Théberge.

Le commissaire aux langues officielles du Canada, Raymond Théberge. Archives ONFR+

S’il juge la collaboration avec Élections Canada constructive, le commissaire aux langues officielles reconnaît que les deux institutions ne s’entendent pas sur les obligations linguistiques en matière de vote.

« Nous avons un point de vue différent : eux estiment qu’ils doivent offrir des services là où la demande est importante, nous, nous jugeons que tous les citoyens doivent être servis dans la langue officielle de leur choix. »

Selon le commissaire, la réflexion d’Élections Canada évolue sur cette question. Une nouvelle Loi sur les langues officielles pourrait contribuer à clarifier ces obligations.

Questionnaire jusqu’au 28 octobre

En attendant, Mme Gilbert espère que le nombre de plaintes reçues par le commissariat sera suffisant pour faire bouger les choses.

« Actuellement, les standards sont très bas. Il faut obliger Élections Canada à faire mieux ! »

Le commissariat a mis en ligne un questionnaire, disponible en ligne jusqu’au 28 octobre, afin de collecter des données sur l’expérience des électeurs. Quelque 630 personnes y avaient déjà répondu, ce jeudi, selon les derniers chiffres disponibles.

« Nous voulons avoir le plus d’informations possibles, sur le matériel de promotion, les interactions aux bureaux de vote, tout le processus d’élection. Cela nous sera utile lors de nos conversations à venir avec Élections Canada pour démontrer où se trouvent les lacunes et avoir un portrait beaucoup plus large. »

Joint par ONFR+, un porte-parole d’Élections Canada explique les défis rencontrés.

« Les travailleurs électoraux proviennent de leur communauté et ils sont donc là pour servir les membres de leur propre collectivité. Dans un contexte économique où le taux de chômage est relativement bas, les efforts de recrutement deviennent plus complexes et soutenus, et la main-d’œuvre bilingue devient plus en demande et difficile à embaucher. »

En 2019, Élections Canada dénombrait 20 000 lieux de vote. Est-ce possible d’offrir des services dans les deux langues officielles dans chacun de ces endroits ? S’il ne fait pas encore de recommandations formelles, M. Théberge juge qu’une planification à long terme et un meilleur lien avec les communautés linguistiques minoritaires permettrait à Élections Canada de mieux répondre aux besoins. Un avis que partage Mme Gilbert.

« Je n’ai vu aucune offre d’emploi dans la communauté francophone de Toronto qui aurait pu, pourtant, aider à offrir des services en français. Il y a un effort de recrutement à faire. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+