#Canada, #Francophonie

Trudeau promet un appui aux langues officielles

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau. Capture écran

OTTAWA – De passage à l’Université de l’Ile de Vancouver, le vendredi 2 février, le premier ministre Justin Trudeau a assuré que le prochain Plan d’action sur les langues officielles permettrait d’appuyer les communautés et de défendre les deux langues officielles. Plusieurs de ses députés franco-ontariens prônent la patience.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Questionné par une mère de famille inquiète du manque d’accès à l’éducation de langue française dans sa province et sur les remèdes que pourrait y apporter en partie le gouvernement fédéral, M. Trudeau a d’abord souligné l’importance des langues officielles, comme il l’avait déjà fait à quelques reprises lors d’autres audiences publiques.

«Je comprends à quel point les communautés de langue officielle en situation minoritaire à travers notre pays sont essentielles, pas seulement pour leurs communautés, mais pour le pays que nous sommes. Si on est un pays qui est ouvert aux autres, c’est parce que dès le début, on avait deux identités linguistiques qui devaient s’accepter et comprendre qui elles étaient.»

Le premier ministre a poursuivi sa réponse par un engagement qui, à défaut d’être chiffré, pourrait susciter un certain espoir dans les communautés.

«La façon dont on va s’assurer de continuer de protéger ces langues en situation minoritaire, c’est d’assurer l’investissement en éducation, dans les programmes sociaux, dans les centres communautaires et de contrer l’assimilation qui trop facilement arrive. (…) Nous aurons, dans les prochains mois, notre feuille de route sur les langues officielles qui va sortir et vous allez voir qu’après 10 ans de sous-investissement par l’ancien gouvernement, nous allons avancer pour vraiment vous appuyer pour défendre nos belles langues officielles partout au pays.»

La sortie du premier ministre intervenait quelques jours après l’ultimatum lancé par le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean Johnson, demandant des actions concrètes au gouvernement et des fonds supplémentaires dans le prochain plan d’action pour les langues officielles.

 

Les députés franco-ontariens à la rescousse

Plusieurs députés franco-ontariens libéraux interrogés par #ONfr se sont dits surpris par cette démarche.

Le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin. Crédit image: Sébastien Pierroz

«On a un caucus libéral des langues officielles au sein du gouvernement. C’est beau de passer du temps avec le parti d’opposition, mais ce ne sont pas eux qui décident», a commenté le député de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin.


«C’est bien de revendiquer dans les médias, mais il faut que la FCFA prenne le temps de rencontrer les députés.» – Francis Drouin, député


Son homologue de Sudbury, Paul Lefebvre, dit comprendre le cri du cœur des organismes, mais juge plus efficace d’avoir «un dialogue franc à l’intérieur des portes, plutôt qu’à l’extérieur».

La députée d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier, accuse le précédent gouvernement conservateur.

«Je suis surprise par le ton, mais je le comprends, car les derniers 10 ans ont été difficiles pour les communautés.»

La députée fédérale d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier. Crédit image: Archives #ONfr

Les trois députés assurent avoir porté le message des communautés auprès de leur gouvernement.

«Notre caucus des langues officielles a adressé une lettre au ministre des Finances pour souligner l’importance du prochain plan d’action pour les langues officielles et de bonifier les enveloppes pour les communautés», explique M. Drouin.

Selon M. Lefebvre, l’accueil a été positif.

«On a martelé notre message auprès de plusieurs ministres et du Bureau du premier ministre et parlé des enjeux et des défis des communautés. On les connaît bien, car nous venons de là! Il y a de l’écoute.»

 

Les attentes des députés

Aucun toutefois ne s’avance à garantir que les 575 millions supplémentaires sur 5 ans, qui sont réclamés par l’organisme porte-parole des francophones en contexte minoritaire, sont un objectif atteignable.

«Il faut une augmentation, c’est certain. Mais le chiffre de 575 millions de dollars est sorti un peu tard dans le processus budgétaire. J’en ai entendu parler cet automne», regrette M. Drouin.

Pour la députée d’Ottawa-Vanier, la bonification doit être significative, mais pas seulement.

«Il faut également s’assurer que l’investissement aille à la société civile. Le ‘par et pour’ doit être une priorité!»

Le député fédéral de Sudbury, Paul Lefebvre. Crédit image: plefebvre.liberal.ca

En attendant le dévoilement du montant dans le prochain budget, M. Lefebvre prône la patience.

«On ne pouvait pas se donner deux mois pour bâtir ce plan d’action. Les communautés ont été bien plus consultées qu’avant. Je me souviens que le dernier plan conservateur était avant tout à eux et pour eux et que les communautés étaient secondaires.»

Le député de Glengarry-Prescott-Russell demande de juger le gouvernement sur ses actions.

«J’ai reçu une lettre demandant au premier ministre de faire une déclaration sur les communautés francophones. C’est beau, mais pour moi, ce n’est pas de l’action! Pour moi, l’action, c’est justement le plan à venir. Après le budget, je donne carte blanche et vais appuyer M. Johnson pour sortir haut et fort, s’il décide que ce n’est pas satisfaisant!»

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Faut-il un ministère fédéral des langues officielles?

Priorité au plan d’action pour les langues officielles pour la rentrée

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.