#Canada, #Francophonie

Une pétition en appui à l’éducation postsecondaire en français

Crédit image: Pixabay

WHITEHORSE – Une jeune étudiante franco-yukonnaise demande au gouvernement fédéral d’augmenter le nombre d’institutions, de programmes et de cours de niveau postsecondaire offerts pour les minorités francophones, notamment à l’ouest du pays.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

 

«Je suis en 11e année, je commence à regarder mes options pour l’université. Je voudrais étudier les sciences, mais je constate qu’il y a très peu de programmes et de cours disponibles en français dans l’Ouest du pays», explique Anna Tölgyesi.

La représentante de la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF) pour le Yukon a donc décidé de prendre les choses en main. Dans une pétition lancée à la Chambre des communes, elle demande au gouvernement d’entreprendre la conception d’un plan national pour augmenter le nombre d’institutions, de programmes et de cours de niveau postsecondaire offerts pour les minorités francophones, surtout à l’Ouest du pays.

La Franco-Yukonnaise, Anna Tölgyesi. Crédit image: Facebook

«Nous avons l’Université Saint-Boniface et le campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, mais ils n’ont pas tous les programmes et beaucoup d’étudiants sont obligés d’aller étudier en anglais ou de se rendre à l’Est, à Ottawa ou à Moncton. J’aimerais plutôt rester proche de ma famille», poursuit la Franco-Yukonnaise de 16 ans.

Dans sa pétition, Mme Tölgyesi explique que les jeunes canadiens-français en milieu minoritaire ont besoin d’avoir des options d’études postsecondaires dans leur langue pour pouvoir réussir, promouvoir la langue et garder une fierté francophone. Elle souligne également le rôle important que joue l’éducation postsecondaire en français dans les communautés minoritaires pour assurer aux jeunes issus de communautés francophones de pouvoir compter sur un véritable continuum d’éducation en français, de la petite enfance jusqu’au niveau postsecondaire.

 

95 signatures

Dans le dernier budget, l’éducation postsecondaire en français ne faisait pas partie des priorités du gouvernement fédéral.

«Le gouvernement doit en faire plus pour que les programmes au niveau postsecondaire soient disponibles partout au pays», juge Mme Tölgyesi.

Au moment de publier cet article, son initiative avait recueilli 95 signatures. Il lui en faudra toutefois encore 405, d’ici le 30 juin, pour pouvoir être présentée à la Chambre des communes et faire l’objet d’une réponse du gouvernement.

«Les francophones comme les anglophones devraient signer cette pétition. Ça concerne les francophiles qui veulent poursuivre leurs études en français et les anglophones qui veulent appuyer leurs amis francophones.»

Mme Tölgyesi a reçu l’appui du député libéral du Yukon, Larry Bagnell.

«Je l’ai contacté pour lui demander son appui et lui expliquer l’enjeu. C’est quelqu’un qui supporte les francophones et qui travaille avec eux.»

Le député explique avoir appuyé plusieurs pétitions similaires, lancées dans des écoles afin d’encourager les jeunes à devenir des citoyens plus engagés politiquement.

«J’ai toujours milité pour que les jeunes soient plus actifs en politique, donc j’ai sauté sur l’occasion», explique-t-il à #ONfr dans un échange de courriels. «De plus, le comité que je préside [Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre] est actuellement en train d’étudier l’efficacité du système de pétition électronique, donc c’était également une bonne occasion.»

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
4+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.