Passer au contenu Passer au pied de page

William Burton sonne le réveil de la culture francophone

[LA RENCONTRE D’ONFR+] 

OTTAWA – Les propos de Denise Bombardier, l’automne dernier, à la populaire émission Tout le monde en parle, ont placé le Franco-Ontarien, William Burton, sous le feu des projecteurs. Ses coups médiatiques, après les compressions du gouvernement ontarien de Doug Ford touchant les francophones, lui ont également donné une autre occasion de se faire connaître. Pour ONFR+, le fondateur du Réveil revient sur ces événements et ses nombreux projets.  

« Vous avez récemment lancé une application mobile de votre entreprise culturelle, Le Réveil. À quoi cela va servir ?

Il s’agit de répondre à la demande des jeunes d’être informés sur les spectacles et les activités culturelles en français, en Ontario. Ça permet de savoir où les artistes francophones jouent et également d’avoir accès à une sélection de musiques sur Spotify et de vidéos sur YouTube. C’est en quelque sorte le quartier général pour la culture francophone en Ontario.

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas encore Le Réveil, expliquez-nous de quoi il s’agit ?

Le Réveil, c’est une compagnie qui essaie de mettre en relation les artistes avec les jeunes de 13 à 25 ans, même si c’est bien évidemment pour tout le monde. J’y fais la promotion des spectacles et fais connaître les artistes afin d’aider les jeunes à se définir comme francophone et à découvrir cette fierté francophone.

William Burton présente la nouvelle application du Réveil. Source : Facebook

Comment est né le projet ?

Ça a débuté quand j’étais au secondaire, à 15 ans. C’est en voyant un spectacle d’Improtéine que j’ai réalisé pour la première fois qu’il peut y avoir de bons spectacles en français. Notre animatrice culturelle à l’école, Jacinthe Dupont, avait organisé un déplacement au MIFO, à Orléans. Pour moi qui viens de l’ouest d’Ottawa, c’était toute une surprise de voir du français dans une salle de spectacle, hors de l’école. Je n’en avais aucune idée. Quand on allait au cinéma en famille, on allait voir les films en anglais. J’étais persuadé que la musique francophone, c’était juste un seul style et je n’avais aucune compréhension du théâtre en français ! Et c’était la même chose pour mes amis. Je me suis dit que je voulais voir d’autres spectacles francophones et mon animatrice culturelle m’a parlé du Festival franco-ontarien où j’ai pu notamment rencontrer Stef Paquette…

Quand tu es au secondaire, dire que tu aimes de la musique francophone, ça peut être dangereux pour ta popularité. Mais on a créé un réseau de jeunes que ça ne dérangeait pas de l’affirmer et en voyant le fun qu’on avait, ça a donné envie à d’autres. On a créé des délégations d’élèves pour aller au Festival franco-ontarien. C’est là que j’ai eu l’idée du Réveil, avec l’appui de plusieurs amis, dont mon meilleur ami Noah Graham.

William Burton (à gauche) avec son meilleur ami, Noah Graham, qui l’ai aidé à créer Le Réveil. Source : Facebook

Expliquez-nous le nom choisi, Le Réveil. Était-ce une façon de dire que la francophonie s’était endormie ?

Ça vient plutôt de mon expérience, de mon éveil… Quand tu es à l’élémentaire, tu suis tes parents sans te poser de questions. Mais quand tu arrives au secondaire, tu te questionnes sur ton identité et tu te fais constamment rappeler que c’est important de parler français, sans que tu ne te poses la question toi-même de savoir pourquoi. Quand j’ai vu le spectacle de Stef Paquette, j’ai vu ce que c’était d’être francophone !

Trouvez-vous qu’on s’y prend mal pour intéresser les jeunes au français ?

Je ne dirais pas ça. Je comprends la frustration des adultes et des enseignants de répéter sans cesse « Parlez en français, s’il vous plaît ».

Mais je sais aussi que beaucoup de jeunes ont honte de leur français et s’il n’y a personne pour les aider quand ils font une erreur, ils ne vont jamais réessayer. Je préfère parler de vulnérabilité plutôt que d’insécurité linguistique. Les jeunes doivent accepter d’être vulnérables et de se tromper. Quand je fais des ateliers dans les écoles avec Le Réveil à travers le Canada, je les encourage à parler même s’ils font des erreurs.

Il y a un an, vous vous étiez fait connaître par votre réaction aux propos de Denise Bombardier qui niait la survie du français hors du Québec. Qu’est-ce que cela avait provoqué comme réaction chez vous ?

Ça m’avait beaucoup fait réfléchir. Et notamment aux différences entre les francophones du Québec et ceux qui vivent en situation minoritaire. Les Québécois reçoivent un héritage francophone à travers les générations. Quand tu es en Ontario, c’est un choix que les jeunes doivent faire. Nous vivons dans un autre monde, avec beaucoup de familles exogames et un héritage différent. D’où l’intérêt de faire découvrir la culture francophone aux jeunes, les grands artistes francophones internationaux, par exemple, afin qu’ils aient une base et comprennent que le français, ce n’est pas juste la langue de leurs enseignants.

Source : Facebook

Comment vous identifiez-vous, alors que vous êtes né au Québec, mais vivez en Ontario ?

Je suis arrivé vers deux-trois ans en Ontario, mais toute ma famille et mes cousins vivent au Québec. J’aime utiliser l’expression que je suis un enfant des deux rives ! (Il rigole)

Depuis les événements de l’automne, je me considère davantage comme un francophone du Canada ou un Canadien-français. De voir la vague de solidarité des francophones à travers le Canada, de regarder ce qui se passe au Nouveau-Brunswick… C’est une belle évolution et un terme que je préfère.

Vous aviez également tourné une entrevue avec le coanimateur de l’émission Tout le monde en parle, Dany Turcotte, puis avait été très actif pendant la crise de l’automne en Ontario français. Ces événements ont-ils aidé à mieux faire connaître la francophonie en milieu minoritaire, selon vous ?

Disons que les propos de Mme Bombardier, puis la crise en Ontario ont permis de parler de nous et de lancer des discussions dans toute la francophonie. Aujourd’hui, j’ai l’impression qu’il y a une ouverture des Québécois qui s’intéressent à nous et on voit que nos artistes y percent, notamment Improtéine qui se retrouve sur TVA.

William Burton avec le Prix Jeune des Prix de la francophonie de l’Ontario 2018. Source : Facebook

Comment avez-vous vécu la crise en Ontario et pour vous, est-elle terminée ?

J’ai rapidement compris à quel point il était important de se battre pour l’Université de l’Ontario français. Nous perdons des cohortes de jeunes francophones dans le centre-sud-ouest de la province qui se dirigent vers les universités anglophones et qui risquent de s’assimiler. Si j’étais à leur place et que je n’avais pas les mêmes options qu’ici à Ottawa, je ne sais pas si j’aurais pu déménager pour aller étudier ailleurs en français.

Maintenant, l’important, ça va être de faire connaître cette institution, de s’assurer de faire comprendre sa légitimité et de développer sa réputation.

Et puis, on doit aussi s’attaquer au dossier du Commissariat aux services en français. Les chiffres du déficit de la province viennent d’être revus à la baisse [le déficit ontarien serait de 7,4 milliards de dollars, selon les derniers chiffres rendus publics par la province, et non de 15 milliards de dollars comme l’indiquait le gouvernement en août 2018] et un Commissariat indépendant ne représentait pas tant d’argent. On veut son retour !

La crise a-t-elle eu des effets positifs, selon vous ?

Ce que j’ai aimé, c’est de voir la jeunesse prendre sa place, intervenir dans les médias… Il y a beaucoup de jeunes qui ont des choses à dire, il faut les aider à se faire entendre.

William Burton aux Jeux Franco-Ontariens, en 2016. Source : Facebook

On parle souvent de ce manque de considération pour la jeunesse, dans les médias, mais aussi dans les organismes de la francophonie. Qu’en pensez-vous ?

Ma philosophie, c’est que c’est à nous de prendre notre place ! Quand il se passe des événements, on doit s’infiltrer et se faire entendre. C’est ce que je fais et je vois qu’il y a une belle réception des adultes, même s’il faut parfois leur rappeler qu’on est là.

En ce moment se déroule la campagne électorale fédérale. Qu’est-ce qui vous intéresse dans cette campagne ?

Le Réveil est plutôt un hub culturel que je tiens loin de la politique, même si bien sûr, il y a des choses qui viennent me chercher et me font réagir. Dans cette campagne, je m’intéresse particulièrement à la place qu’on accorde au français et à la culture dans les discussions. Mais je veux aussi prendre le soin de m’informer de toutes les plateformes des partis pour aller voter.

La Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF) réclame le vote à 16 ans. Appuyez-vous cette idée ?

J’avoue que je n’y ai pas beaucoup réfléchi. Cela dit, tout ce qui peut faire augmenter le taux de participation aux élections doit être encouragé. C’est donc une belle initiative.

Pendant son premier mandat, Justin Trudeau a voulu être un premier ministre proche des jeunes, notamment en gardant le portefeuille de la jeunesse. Que pensez-vous de son bilan en la matière ?

Je pense qu’il n’a pas fait d’erreur monumentale par rapport aux jeunes et qu’il n’y a rien de vraiment négatif à dire. Il a créé un conseil jeunesse, ce qui est une bonne idée. Mais cela dit, en tant que jeune, j’avoue que j’aurais aimé voir davantage à quoi ça a servi et ce que ce conseil a fait. Ce n’est pas quelque chose qui s’est rendu jusqu’à nous. »


LES DATES-CLÉS DE WILLIAM BURTON

1998 : Naissance à Brossard

2014 : Fonde l’entreprise culturelle, Le Réveil

2015 : Remporte le prix « Méga-Fun ! » à l’occasion des 22e Jeux franco-ontariens

2016 : Débute un Baccalauréat en théâtre à l’Université d’Ottawa

2018 : Récipiendaire du Prix Jeune aux Prix de la francophonie de l’Ontario

Chaque fin de semaine, ONFR+ rencontre un acteur des enjeux francophones ou politiques en Ontario et au Canada.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
5+