Zones théâtrales, le rassemblement du théâtre franco-canadien à Ottawa

Crawlspace, une comédie inspirée d'une histoire vécue par l'autrice Karen Hines, sera présentée à Ottawa lors des Zones théâtrales 2023. Crédit image: Mathieu Taillardas

OTTAWA – Le Centre national des arts (CNA) a dévoilé ce mardi la programmation des prochaines Zones théâtrales. L’événement bisannuel se déroulera du 11 au 16 septembre pour une dixième édition à faire rayonner le théâtre du Canada francophone et des régions du Québec. ONFR+ s’est entretenu avec le directeur artistique des Zones théâtrales, Gilles Poulin-Denis.

La programmation est habilement composée de grandes premières, de créations récentes et d’œuvres en chantier. La pièce d’ouverture montre bien l’esprit de collaboration entre les territoires que la biennale théâtrale veut établir.

On marronne? (Si ça te dis, viens) est une coproduction du Théâtre Cercle Molière (Winnipeg), du Théâtre de l’Entonnoir (Guyane française) et de l’Alliance française de Ziguinchor (Sénégal). Le texte est écrit par le dramaturge togolais Gustave Akakpo et l’environnement sonore est élaboré par l’artiste métisse Marie-Josée Dandeneau.

Gilles Poulin-Denis explique comment est née l’idée de la pièce : «Depuis 2019, on travaille avec les Transfrontaliers, un regroupement de leaders culturels de la francophonie internationale, surtout de l’Afrique et des Antilles. L’idée était de créer des collaborations entre les différentes zones francophones et ce spectacle-là, On marronne, est né directement des Transfrontaliers.»

L’affiche de la pièce On marronne, qui sera présentée pour la première fois durant les Zones théâtrales. Gracieuseté CNA.

Ouvrir les Zones théâtrales avec une compagnie de l’Ouest et une collaboration internationale représente bien la vision d’avenir du directeur artistique. «Les Zones théâtrales, ça a toujours été de présenter des œuvres francophones canadiennes. C’est bien d’ouvrir un peu plus et de voir ce que ça donne quand les artistes de la francophonie canadienne travaillent avec d’autres artistes de la francophonie, ce qui arrive quand nos imaginaires rencontrent les imaginaires d’artistes qui habitent un autre territoire.»

Une autre nouveauté pour 2023 est d’offrir à un artiste une résidence de création qui culminera à Zones théâtrales. Le concept avait été effleuré en 2021 mais, cette fois-ci, l’artiste invité, Guy Régis Jr., disposera de plus de temps grâce à un partenariat entre le Théâtre français de Toronto, le Théâtre du Trillium et Nous théâtre, basé en France et en Haïti.

Une programmation pour tous

Zones théâtrales est un événement majeur pour l’industrie. Les artistes d’un peu partout au pays se rencontrent, se font connaître de leurs pairs et des diffuseurs et développent éventuellement des collaborations. Par contre, les représentations ouvertes au public sont aussi une occasion tout indiquée pour les spectateurs de découvrir des œuvres inédites à petit prix.

Les Ottaviens, qu’ils soient familiers avec les arts vivants ou néophytes, trouveront de quoi se mettre sous la dent, comme l’explique Gilles Poulin-Denis: «On a des spectacles un peu plus conventionnels, d’autres plus expérimentaux. Tout le monde peut y trouver son compte. On a accès à plein de différentes choses et ça nous permet de voir ce qu’on aime, ce qu’on aime moins… on a accès à toute une variété d’offres, de types d’histoires qui sont racontées et de comment elles sont racontées.»

Cet été qui chantait s’adresse à la fois aux jeunes de 8 à 11 ans et aux aînés. Crédit image: Jonathan Lorange

L’une des propositions de cette année vise un public double, s’adressant à la fois aux enfants et aux aînés. Cet été qui chantait de Marie-Ève Fontaine s’inspire de l’œuvre de Gabrielle Roy et allie marionnettes, théâtre d’ombres et théâtre d’objets.

Zones théâtrales accueillera aussi la première de Michel(le), une pièce sur la transidentité qui se déroule dans le Québec ouvrier à l’époque de la Révolution tranquille.

Gilles Poulin-Denis explique la fébrilité qui accompagne le fait de programmer des premières : «C’est excitant, parce que c’est aussi un risque, dans le sens où l’on n’a pas vu le spectacle. J’ai suivi un peu les démarches, mais je vais découvrir le spectacle en même temps que les spectateurs.»

Dans Ainsi passe la chair, Sara Moisan explore son rapport avec l’oeuvre de son père. Crédit image: Patrick Simard

La dramaturge et comédienne Sara Moisan touchera des cordes sensibles avec Ainsi passe la chair. Ce spectacle immersif plongera les spectateurs au cœur de conversations fictives, mais élaborées avec des enregistrements réels, entre elle et son père, le peintre Gatien Moisan, décédé en 2019.

Crawlspace de Karen Hines, qui a connu sa première au Théâtre français de Toronto en avril, viendra aborder le sujet de la crise du logement alors que Bouée de Céleste Godin promet de «brosser un portrait actuel des humains» dans la «création technologique la plus ambitieuse à ce jour» de Satellite Théâtre.

La conquête du Béluga est présentée au bord de l’eau, au coucher du soleil. La photo montre une représentation à Carleton-sur-Mer, devant la baie des Chaleurs. Crédit image: Benoit Daoust

Les amoureux des animaux et les écoanxieux se rejoindront aux abords de la rivière des Outaouais, derrière le Musée canadien de l’Histoire, pour découvrir La conquête du béluga. L’œuvre de Maryse Goudreau fera aussi l’objet d’une installation connexe, Dans le ventre de la baleine.

De la suite dans les idées

Pour la dixième édition de Zones théâtrales, certaines pièces qui ont été présentées dans une version « en chantier » par le passé seront de retour en 2023, cette fois en version finale. C’est le cas de Durant des années de Louis-Philippe Roy, un produit artistique entre la dramaturgie contemporaine et le balado True Crime. C’est l’aboutissement de plusieurs années de travail, après que la présentation de la pièce ait été repoussée quelques fois.

Une autre œuvre à mélanger les univers de la baladodiffusion et du théâtre est le thriller post-apocalyptique Murs de Créations In Vivo, en collaboration avec Transistor média. Ce texte de l’autrice primée Mishka Lavigne avait été mis en lecture aux Zones théâtrales 2017 et a connu sa version balado en 2022.

Dans Murs de Mishka Lavigne, les personnages d’Éric et de Zoé partent à la recherche de leur père dans un monde post-apocalyptique. Gracieuseté CNA

La dixième édition de Zones théâtrales présentera aussi plusieurs œuvres en chantier, une occasion d’en apprendre davantage sur la démarche artistique des créateurs. Il y aura également des installations artistiques en marge de la programmation, comme Vers chez soi de Geronimo Inutiq. Divers lieux de diffusion accueilleront les activités à travers la région de la capitale nationale.

Les membres de l’industrie profiteront aussi d’un volet élaboré pour eux et d’autres événements satellites seront annoncés plus tard. Il est possible de consulter la programmation dans la section Zones théâtrales du site du CNA.