#Canada, #Francophonie, #Ontario

Ces Acadiens qui ont fait le choix de vivre à Ottawa

Le grand tintamarre est organisé tous les 15 août à Ottawa par l'AARCN. Crédit image: Archives #ONfr

[TÉMOIGNAGES]

OTTAWA – Ils seront une centaine d’Acadiens devant le Parlement en fin de journée pour le départ du traditionnel grand tintamarre. Dans le cadre de la Fête nationale de l’Acadie ce mercredi, #ONfr a rencontré quatre d’entre eux, installés à Ottawa. L’occasion pour ces francophones de s’épancher sur leur identité acadienne vécue… parmi les Franco-Ontariens.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

Sylvie Poirier, employée de la fonction publique

Cette journée du 15 août est particulière pour Sylvie Poirier. Pas seulement en raison de sa participation, ce soir, au tintamarre dans les rues d’Ottawa, mais parce qu’en tant que présidente de l’Association acadienne de la région de la capitale nationale (AARCN), c’est elle qui en a aussi la responsabilité.

«On attend dans les 150 personnes», confie-t-elle. «Par le pont Alexandra, on va se rendre au Parc Jacques-Cartier à Gatineau où nous avons un partenariat avec Mosaïcultures, et on terminera le tout au Petit Chicago.» Une journée «pierre angulaire» pour les Acadiens de la région de la capitale nationale, sauf que ce n’est pas le seul événement du genre dans l’année, précise Mme Poirier. «Nous avons aussi l’activité Cabane à sucre en mars, le souper homard au mois de juin, et les 5 à tard, c’est-à-dire des 5 à 7, tout au long de l’année.»

La présidente de l’AARCN, Sylvie Poirier. Gracieuseté.

Impliquée, Sylvie Poirier a pourtant découvert Ottawa en mai 2015. « J’arrivais alors de Moncton. J’avais envie de faire quelque chose de nouveau dans ma vie.» Depuis, la jeune femme travaille à Patrimoine canadien. Une belle opportunité en plus «pour continuer à parler français».

La Déportation des Acadiens, ou encore La Sagouine, la présidente de l’AARCN connaît les histoires de son peuple par cœur. «Les gens pensent souvent à cette Acadie folklorique quand ils parlent de nous», prévient-elle, «or, il y a aussi une culture urbaine très forte chez nous, avec de nombreux artistes.»

Si elle n’est pas prête à quitter Ottawa, Sylvie Poirier avoue s’ennuyer un peu du Nouveau-Brunswick. «Il y a une joie de vivre qui se dégage des Acadiens. Et puis, la manière de vivre à Moncton, c’est plus au ralenti, presque personne ne prend, par exemple, l’autobus.»

 

Marie Hélène Eddie, doctorante en sociologie

Dans quelques semaines, Marie Hélène Eddie célébrera ses dix ans dans la capitale du Canada. En septembre 2008, la jeune étudiante originaire de Moncton débarque à l’Université d’Ottawa pour commencer une maîtrise en communication. Vient en 2011 le début d’un doctorat en sociologie. Ses thèmes de prédilection universitaire: les médias d’information, les enjeux féministes… et la francophonie.

«Entre les francophones de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick, les enjeux sont en général les mêmes. Les Acadiens réussissent peut-être mieux à faire valoir leurs droits, mais on remarque que ce sont pas mal les mêmes choses qui mobilisent, comme les services en français ou l’affichage bilingue. Il y a au final une solidarité naturelle des Acadiens envers les Franco-Ontariens.»

Concernant les luttes, Marie Hélène Eddie le constate: l’étiquette acadienne ou franco-ontarienne n’est parfois que secondaire. «À Ottawa, c’est tout simplement le fait français qui doit être le plus important.»

Marie Hélène Eddie est doctorante en sociologie à l’Université d’Ottawa. Archives #ONfr

Dix ans après son arrivée, l’étudiante reconnaît cumuler les identités. «Je me sens encore très acadienne, mais je me considère comme une Franco-Ontarienne d’adoption, je veux participer au monde d’ici. En Acadie, j’aimerais aussi que les Franco-Ontariens, les Français ou les Québécois qui arrivent se considèrent comme des Acadiens.»

Pour Marie Hélène Eddie, le défouloir du tintamarre, ce mercredi, n’est pas l’unique occasion pour les Acadiens de célébrer. «Il y a aussi toutes les house parties.» Enfin, au petit jeu de nous donner trois mots qui caractérisent les Acadiens, la sociologue hésite longuement. Après plusieurs minutes, le choix se porte sur un seul terme: «authenticité».

 

Jasmin Cyr, adjoint parlementaire

À quelques heures du tintamarre, Jasmin Cyr est plus que jamais prêt. «À Ottawa, il me manque un peu le sentiment d’être chez moi. Alors, je participe à faire revivre la culture acadienne ici, à la propager. Je pense que ce sentiment de survivance est assez commun avec des cultures qui ont connu une diaspora.»

«Survivance», le mot revient d’ailleurs à plusieurs reprises chez Jasmin Cyr, parti de Moncton en 2009 pour commencer une maîtrise en sciences politiques à l’Université d’Ottawa. Aujourd’hui, le jeune homme travaille comme adjoint parlementaire pour un député fédéral.

Jasmin Cyr a quitté Moncton en 2009 pour commencer une maîtrise à Ottawa. Gracieuseté.

S’il y a bien des milliers d’Acadiens dans la région de la capitale, Jasmin Cyr voit tout de même trois catégories. «Il y a ceux qui sont nés en Ontario, de parents acadiens, ceux qui ont déménagé ici il y a très longtemps, et enfin ceux comme moi, les nouveaux-arrivants. Je pense que ce sont les plus impliqués.»

Et si la culture acadienne est si importante pour lui, c’est qu’elle diffère avant tout de l’identité franco-ontarienne. «Disons que notre histoire a précédé celle de l’Ontario. La culture franco-ontarienne, ce sont plus des Québécois qui ont immigré en Ontario, à la différence des Acadiens qui représentent une autre colonie française du 16e siècle.» Peut-être pour ces raisons, il est encore difficile pour Jasmin Cyr de se considérer franco-ontarien.

Au-delà des célébrations du 15 août, les défis sont nombreux pour les Acadiens, estime t-il. En particulier sur le plan artistique. «En Acadie, nous sommes attachés à des traditions que nous avons du mal à moderniser, alors que nous avons beaucoup d’artistes. Je pense au groupe Radio Radio, à Lisa Leblanc ou encore à l’écrivain Herménégilde Chiasson.»

 

Vickie LeBlanc, employée de la fonction publique

Parmi les quatre Acadiens rencontrés, Vickie LeBlanc fait figure d’exception: elle n’a pas grandi au Nouveau-Brunswick, mais à Ottawa. Ses parents, des Acadiens de Saint-Quentin, lui ont tout de de même transmis «les valeurs» de leur territoire d’origine.

«Fière franco-ontarienne», et donc Acadienne, Vickie LeBlanc multiplie les identités. Ce qui peut parfois mener à ce qu’elle appelle une crise identitaire. «Quand je suis en Acadie, les gens me demandent d’où vient mon accent qui n’est pas tout à fait acadien, mais quand je suis en Ontario, on me demande aussi d’où vient mon accent qui n’est pas non plus tout à fait ontarien.»

À cela peut s’ajouter aussi la dynamique culturelle. «J’ai l’impression que les gens du Québec ne croient pas que nous sommes francophones, et que c’est la même chose pour les anglophones de l’Ontario (…) Je le prends tout de même bien et suis fière d’être aujourd’hui bilingue.»

Vickie LeBlanc est une Acadienne ayant grandi à Ottawa. Gracieuseté.

Cette ancienne de l’école secondaire Gisèle-Lalonde, aujourd’hui employée pour la fonction publique, se rend «trois ou quatre fois par an» au Nouveau-Brunswick. «Il y a un peu en Acadie une attitude nonchalante, très différente de la ville. Il y a les bords de mer, les bois, et je trouve que les gens sont plus relaxes, qu’on fait plus attention aux autres.»

Cette année, Vickie LeBlanc passera son tour pour le tintamarre. Dans son cas, il est vrai que l’immersion dans la culture acadienne est plus facile. «Cela passe essentiellement par ma famille.» À savoir si elle transmettra les fameuses valeurs acadiennes à ses enfants, la réponse est formelle: «oui, à 100 %!»

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.