Passer au contenu Passer au pied de page

Cinq chiffres à savoir sur les Jeux franco-ontariens

HANMER – C’est ce vendredi qu’est donné le coup d’envoi des Jeux franco-ontariens. Jusqu’à lundi, ils seront des centaines parés aux couleurs vertes et blanches à envahir l’École secondaire Hanmer, dans le secteur du même nom, le tout dans le Grand Sudbury. Retour sur ce qu’il faut retenir en cinq chiffres de l’événement tenu par la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO).

26

C’est effectivement la 26ème édition des Jeux franco-ontariens. Le premier événement du genre s’est déroulé en 1994, à Orléans, dans l’enceinte de l’École secondaire catholique Garneau. Il s’agissait alors de créer un rassemblement de la jeunesse sur le modèle des Jeux de la francophonie.

Les Jeux franco-ontariens à Sudbury, en 2003. Gracieuseté: FESFO

Ottawa a accueilli le plus d’éditions des Jeux franco-ontariens avec un total de quatre. Pour le secteur de Hanmer, situé directement dans le Grand Sudbury, c’est une première. À noter que Sudbury avait déjà accueilli les Jeux franco-ontariens, en 2003.

16 000

Un nombre assez impressionnant à cinq chiffres qui correspond en réalité… aux nombres d’heures de l’ensemble des bénévoles pour préparer l’événement. Les explications avec la présidente sortante de la FESFO, Lydia Philippe: «On compte comme bénévoles les élèves qui s’occupent, par exemple, de ce qui se passe sur scène, de la nourriture, de la coordination. Il y a aussi les bénévoles locaux qui nous aident à planifier les Jeux dans l’école choisie.»

L’événement peut s’appuyer par ailleurs sur une vingtaine de «bénévoles communautaires» ou adultes.

550

Voilà le nombre de jeunes présents pour les quatre jours de festivités. «Un chiffre en baisse» en comparaison des autres années, reconnaît-on du côté de la FESFO. L’an dernier, l’événement à Ottawa avait attiré environ 650 participants. Les deux éditions antérieures, à Pembroke (2016) et Woodstock (2017), avaient chacune fait déplacer quelque 600 jeunes.

l’École secondaire Le Caron à Penetanguishene accueillait les 22es Jeux franco-ontariens en 2015. Gracieuseté: FESFO

D’après les chiffres de la FESFO, ces 550 participants proviennent d’un total de 106 écoles secondaires. Un chiffre qui représente environ 80 délégations.

8

C’est le nombre de volets compétitifs qu’il y aura en place, cette année: AGA-Quiz,  Art du cirque, Arts visuels, Danse, Improvisation, Médias, Musique et Sports. Un nombre et un contenu qui ne varient pas de celui de l’année dernière.

Chaque équipe doit à la fin présenter son numéro devant la foule lors de la grande finale. «Il n’y a pas de compétition, on t’accorde juste la reconnaissance. Tout est en effet amical», assure la présidente de la FESFO, Lydia Phillipe.

45

L’assemblée générale annuelle de dimanche déterminera qui sera le 45e président de la FESFO. Le mandat n’est valable que pour un an, avec une possibilité de se représenter. Mais dans l’histoire de la FESFO, seuls trois présidents ont gouverné deux ans: François Reeves (1977-1979), Carole Lynn Therrien (1985-1987) et Danyka Ouellet (2011-2013).

Alisha Kara (vice-présidente), Lydia Philippe (présidente) et Noémy Pitre (secrétaire-trésorière) lors de leur élection à la tête du comité exécutif de la FESFO, en 2018. Gracieuseté: FESFO

La présidente sortante, Lydia Philippe, actuellement en douzième année au Collège catholique Mer Bleue d’Orléans, ne pourra donc pas se représenter. Ce sont une soixantaine de membres de la FESFO désignés qui éliront le nouveau  Conseil de représentation (CR) dans lequel figure le Conseil exécutif (CE). Ce dernier entrera en fonction début juillet.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+