Passer au contenu Passer au pied de page

Des commentaires francophobes sur les réseaux sociaux à Welland

Temps de lecture : 4 minutes

WELLAND – Une publication de la ville de la péninsule du Niagara, sur son compte Facebook, déchire les internautes depuis une semaine. Un chapelet de messages plus ou moins hostiles à la langue française suscite la polémique et scandalise une communauté qui frôle les 10 %.

Remettant pèle-mêle en cause l’identité culturelle, le coût du bilinguisme et même le caractère officiel de la langue française, ces remarques ont afflué sur la page Facebook de la municipalité.

Le traditionnel message du 25 Septembre se voulait, comme à l’accoutumée, un message inclusif et fédérateur, reconnaissant les « contributions importantes des Franco-Ontariens à Welland, en Ontario et au pays ». Associé à une photo du drapeau vert et blanc – qui flotte toute l’année sur la place civique, au centre-ville –,  le message est encore accessible sur le réseau social.

Tout comme les commentaires, beaucoup moins tendres.

« Arrêtez de construire des écoles »

Plusieurs personnes se sont déchaînées les jours suivants, s’en prenant notamment aux écoles de la ville, des dépenses jugées coûteuses et inutiles. « Arrêtez de construire des écoles », ou encore : « Malade du gavage en français. Forcé de l’apprendre à l’école pour ne jamais l’utiliser après », peut-on lire dans les commentaires.

Répliquant à une internaute qui rappelle que le français est une langue officielle au Canada, un autre utilisateur a écrit : « C’est supposé l’être, mais beaucoup ne le parlent pas. Personne ne le parle dans mon entourage… même pas la merde qu’ils vous ont forcé à apprendre à l’école. Pensez à l’argent qu’on économiserait sans cela. »

À une résidente qui explique que les services financiers de Canadian Tire se sont implantés à Welland justement à cause de la présence d’une main d’œuvre bilingue qualifiée, un internaute en déduit que c’est « peut-être pour cela que canadiantire.ca est si horrible ».

« Assez avec les francophones »

Certains messages s’en prennent à la culture-même de la francophonie : « Contrairement à la croyance populaire, le français n’est pas du tout une culture à part entière ! Nous avons seulement une province qui est française, le reste est un mélange merveilleux de toutes les cultures. »

D’autres réactions ciblent le coût du bilinguisme et de la traduction : « Assez avec le français. Regardez l’argent que nous économiserions rien que sur la signalisation et l’emballage, suffisant en anglais. »

Ces commentaires ouvertement intolérants ont recueilli de nombreux pouces bleus d’approbation mais aussi une levée de boucliers de francophones et francophiles, venus à la rescousse de la langue et de la communauté locale.

Contactés par ONFR+, plusieurs d’entre eux se sont dits scandalisés par ce torrent de propos haineux.

Répliques vigoureuses des internautes

C’est le cas de Sarah Martin-Doucet : « Je n’avais jamais entendu des personnes parler comme ça », dit cette ancienne élève de l’École élémentaire Saint-François-d’Assise, à Welland. « Je pensais que francophones et anglophones avaient de très bonnes relations », avoue-t-elle, choquée. « Le français est dans notre histoire. On ne doit pas le perdre. »

« Nous devons cesser de partager des opinions négatives », estime Shelly Grenier. « C’est inutile. Welland a une forte communauté française. Être bilingue est bénéfique quelle que soit la langue parlée. Les médias sociaux rendent cela beaucoup trop facile. »

« Les gens sont jaloux parce que la communauté francophone de la région du Niagara est assez soudée », suppose Olivia Duncan. « Je ne vais pas me laisser marcher sur les pieds parce que cela signifierait donner raison aux personnes négatives. »

La jeune femme a grandi dans une famille complètement anglophone. « Ma mère m’a inscrite à l’école de langue française dès la maternelle et je suis restée jusqu’à la fin de mes études secondaires, à l’école Confédération », raconte-t-elle. « J’habite maintenant à Niagara Falls et j’inscris mes enfants à l’école francophone. Parler français est quelque chose dont on peut être fier. Et pas seulement à Welland. »

La communauté surprise et attristée

« Ce n’est pas du tout représentatif de l’atmosphère ici », assure Véronique Emery. Très active dans la communauté, la directrice générale de la garderie La Boîte à soleil confie son étonnement, attristée par ces comportements qui restent assez marginaux mais « font du mal, surtout après l’actualité de la dernière année ».

« Ça fait douze ans que je vis ici et je n’ai jamais ressenti que nous étions une sous-culture, ni une perte de temps ou d’argent. Il y a un respect de la culture et de l’histoire et on doit se battre pour les préserver. »

Et de rebondir sur le mythe des écoles qui coûteraient trop chers. « Le ministère ne donne pas des millions de dollars pour financer des écoles vides. Quand on construit une école, il y a un besoin prouvé et un plan d’affaires. »

Welland compte cinq écoles des conseils scolaires Viamonde et MonAvenir. La dernière-née, Franco-Niagara, a ouvert en septembre et regroupe deux anciens établissements : Champlain, pour l’élémentaire, et Confédération, pour le secondaire. Le nouvel édifice a été réalisé grâce à un investissement provincial de 11 millions de dollars.

Interrogée sur la modération de ses réseaux sociaux, la Ville de Welland n’a pas donné suite à nos questions.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+