Passer au contenu Passer au pied de page

Des Franco-Ontariens racontent leur anniversaire sous la COVID-19

Temps de lecture : 4 minutes

[TÉMOIGNAGES]

Avec les mesures d’isolement pour freiner la pandémie de COVID-19, plusieurs Franco-Ontariens ont connu un anniversaire un peu particulier. Entre amusement, surprise et regrets.

Directeur des communications du Collège Boréal, à Sudbury, Marc Despatie n’est pas du genre à prêter attention au jour précis de sa fête, le 30 mars. Habituellement, celle-ci s’étale sur une semaine, entre amis et famille. Mais pour son 49e printemps, il a senti le besoin de marquer le coup.

« J’ai ressenti le besoin de célébrer, je ne sais pas pourquoi. Peut-être à cause de la situation particulière cette année ? Alors je suis allé m’acheter un gâteau et des chandelles. Je me suis fait des pâtes avec une sauce maison, j’ai ouvert du vin, puis j’ai regardé un film idiot. C’était une soirée avec moi-même et je suis de très bonne compagnie ! », plaisante-t-il.

Le gâteau de fête de Marc Despatie. Gracieuseté

Même en télétravail, ses collègues ont réussi à le surprendre.

« Le bureau de direction a avancé notre réunion quotidienne et quand je me suis connecté, il y avait plein d’autres collègues en ligne pour me chanter bonne fête ! »

Loin des siens

La situation est très différente pour Sylvie Primeau. Originaire de Sturgeon Falls, elle avait prévu de faire le voyage depuis Orléans pour fêter ses 57 ans.

« Je pensais aller voir mes parents. Mon père a 90 ans et ma mère 85 ans. Finalement, ma sœur qui est avec eux m’a contactée par Messenger. Ça faisait du bien de les voir, mais ça ne remplace jamais le contact en personne. »

La résidente de Sturgeon Falls, Sylvie Primeau. Gracieuseté

Bien entourée par son conjoint qui avait commandé un repas, un gâteau, des roses et une carte, Mme Primeau espère que l’année prochaine, elle pourra fêter son anniversaire avec ses parents autrement que derrière un écran.

Ses 30 ans en confinement

Pour Isabelle Drouin, le 13 avril était une date très spéciale, cette année : celle de ses 30 ans. Avec ses plus proches amis, elle avait prévu de se rendre dans un chalet pour une fin de semaine.

« On avait commencé à en parler juste avant les fêtes, mais mi-mars, j’ai compris que ça ne se ferait pas », raconte-t-elle. « Les jours précédents ma fête, j’ai vu des voisins qui fêtaient la leur, avec des amis qui passaient en voiture avec des pancartes ou qui leur laissaient des cadeaux à la porte. Mais je savais que pour moi ce serait différent. »

La raison : les restrictions de déplacements entre Ottawa et Gatineau, où vit sa famille.

« Ma mère m’a fait un gâteau et comme mon père travaille dans un service essentiel, il a pu me le porter. Il est venu seul et j’ai eu du mal à retenir mes larmes », avoue-t-elle.

Isabelle Drouin fêtant ses 30 ans. Gracieuseté

Pour faire face à son humeur maussade, elle dit avoir choisi de porter son chandail le plus brillant le jour de son anniversaire et laissé son petit ami tout gérer. Sa famille a aussi essayé de rendre la journée spéciale.

« Ma mère avait fait des cupcakes pour tout le monde. Quand on a fait un appel vidéo, tout le monde avait des chapeaux et un cupcake ! »

La solution virtuelle

Le virtuel, voilà un outil bien utile pour garder contact. Julie Séguin a marqué son 34e anniversaire en ligne, le 16 avril. Chez ses parents à Wendover depuis le début du confinement, elle a fait un jeu d’évasion avec une de ses amies, puis un apéritif virtuel avec d’autres, avant de se joindre à celui de sa sœur jumelle.

« Avec le confinement, c’est bien d’ajouter des activités, car après un temps, on a moins de choses à se dire, puisqu’il ne se passe pas grand-chose de nouveau », souligne-t-elle. « En temps normal, on se retrouve pour un potluck ou pour un karaoké dans un pub. C’est sûr que le virtuel ne remplace pas le fait de se voir et de se donner des câlins, mais c’est une bonne alternative. »

Recevoir des attentions

Pour Gaetanne Mayer, à Toronto, ce sont les petites attentions qui ont rendu le 11 avril, date de ses 66 ans, si spécial.

Le collage de toutes les fêtes importantes de la vie de Gaetanne Mayer. Gracieuseté

« Quand je me suis levée, j’ai été surprise pour un beau collage de toutes les fêtes importantes dans ma vie : mon mariage, la naissance de mes enfants, les voyages à notre campement au Nord de l’Ontario au bord de l’eau. Par la suite, j’ai reçu plus de 100 messages me souhaitant bonne fête sous forme de courriers, de courriels, de textes et d’appels. Puis, j’ai passé la journée avec ma fille à cuisiner. Malgré les restrictions liées à de la pandémie, j’ai passé un beau et bon jour de fête. »

Profiter de son temps

Tout aussi positive, Nathalie Ladouceur a dû troquer un voyage humanitaire en Haïti pour un anniversaire à Hawkesbury.

« J’ai vu trois de mes enfants la veille de ma fête, puis j’ai passé toute la journée avec ma fille à Ottawa. C’est sûr que j’étais déçue de ne pas aller en Haïti, car ça me donne beaucoup d’énergie, mais ça m’a donné l’occasion de fêter autrement. »

En cette période de COVID-19, Mme Ladouceur pense qu’il faut choisir de voir les choses autrement.

« Je suis une personne de contacts humains, c’est donc difficile. Mais j’ai choisi de penser différemment. Et puis, on a tous ces outils. Je me suis mis sur TikTok et j’envoie des danses à mes filles. Je profite aussi du temps que je n’ai pas d’habitude pour reconnecter avec des gens. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
11+