#Francophonie, #Ontario

Désignation d’Oshawa en vertu de LSF: les élections comme occasion?

La municipalité d'Oshawa. Sources Wikipedia

OSHAWA – Le dossier n’est pas nouveau. Les militants francophones d’Oshawa aimeraient devenir la 27e région désignée en vertu de la Loi sur les services en français (LSF). Mais l’Assemblée des communautés francophones de l’Ontario de Durham-Peterborough (ACFO DP) ne compte pas forcément miser sur la campagne des élections municipales pour parvenir à ses fins.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

«Nous attendons toujours cette désignation», explique le président de l’organisme, Achille Fossi. Celui qui a succédé à Sylvie Landry en mai dernier se montre toutefois prudent en entrevue. «Nous attendons des personnes de volonté, mais nous n’avons pas vocation à faire de la politique.»

A demi-mots, le président laisse entendre que l’ACFO DP n’a pas engagé de discussions avec les sept candidats à la mairie d’Oshawa.

Depuis des années, le dossier de la désignation bloque pour cette municipalité située à une cinquantaine de kilomètres dans l’Est à Toronto. D’abord focalisés sur une désignation de la grande municipalité régionale de Durham qui n’avait rien donné, les francophones s’étaient ensuite résolus à mettre tous leurs efforts, simplement sur Oshawa. Là encore sans succès.

Oshawa comme Durham ne rencontre pas les critères de la LSF, à savoir au moins 10 % de francophones ou 5 000 francophones dans un centre urbain. Un manque qui oblige dans ce cas à trouver des appuis locaux pour obtenir de Queen’s Park une désignation discrétionnaire.

Le président de l’ACFO DP, Achille Fossi. Crédit image: ACFO DP

«Le blocage a toujours été plus du côté de l’Assemblée législative de l’Ontario, à l’inverse des élus d’Oshawa et du maire, John Henry, en faveur», soutient pourtant une personne proche du dossier, préférant garder l’anonymat.

Dans le cas de la désignation de Durham, le manque d’appuis unanimes des élus locaux et provinciaux avaient pourtant joué un frein majeur dans la désignation. Roger Anderson, l’ancien président du conseil régional de Durham, s’y était opposé bec et ongles pour une question d’argent.

 

Trois candidats en faveur

John Henry, le maire sortant d’Oshawa, briguera en tout cas ce même poste de président du conseil régional de Durham pour les élections du 22 octobre prochain. De ce fait, ils seront sept à se disputer la municipalité. Contacté chacun par #ONfr concernant un appui à la désignation, trois candidats nous ont répondu, et tous par l’affirmative.

«Je supporte totalement l’idée. Nous avons deux langues officielles, et la culture francophone est importante à Oshawa», explique au téléphone l’un d’entre eux, Joe Ingino.

«Je ne peux pas imaginer la lutte pour ceux qui ne peuvent pas recevoir les divers services souhaités dans leur langue maternelle», illustre la candidate Sara Lear, dans un échange de courriels avec #ONfr.

«J’ai moi-même fréquenté une école d’immersion française pour les 7e et 8e années et j’ai pu constater directement les avantages de l’exposition à la langue. J’aimerais beaucoup faire avancer cette initiative et j’ai hâte de faire participer les députés locaux Jennifer French et Colin Carrie pour faciliter cette initiative.»

Un autre candidat, Adam Kunz, préfère, lui, parler de financement. «Je suis heureux de soutenir l’idée de devenir désigné. Toutefois, si je suis élu, nous devrons élaborer une stratégie pour obtenir du financement et un soutien du conseil municipal.»

 

Difficultés de trouver des services

Pour le président de l’ACFO de Durham-Peterborough, l’absence d’une désignation reste toujours problématique. «À Services Ontario, on ne peut pas recevoir par exemple des services en français.»

M. Fossi assure que la campagne Bonjour/Welcome destinée à encourager les commerces à offrir des services en français, a permis de «cartographier» où se trouvent les institutions (banques, commerces) capables d’utiliser la langue de Molière.

26 régions sont actuellement désignées en vertu de la LSF, l’équivalent d’une population supérieure à 80 % de francophones en Ontario. Parmi les municipalités qui ne sont toujours pas désignées: Peterborough, Sarnia, Waterloo, Vaughan ou encore Barrie.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Oshawa: une réforme de la Loi 8 comme ultime solution

Loi sur les services en français: ces régions qui pourraient changer

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.