#Francophonie, #Ontario

Doug Ford prépare sa proposition aux francophones

Doug Ford, chef du Parti progressiste-conservateur (Parti PC) lors du dévoilement du budget 2018 à Toronto. Crédit image: Maxime Delaquis

TORONTO – Doug Ford, le nouveau chef du Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario, ne parle peut-être pas français, mais en coulisses, il prépare son plan de match pour séduire l’électorat francophone de la province. Son entourage multiplie les contacts avec la communauté et des efforts sont faits pour apaiser les francophones qui pourraient craindre son élection.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Les francophones qui ont peur de Doug Ford ont tort. Oui, Patrick Brown parlait mieux français que Doug, mais j’ai reçu toutes les garanties de son équipe et lui concernant les enjeux francophones», lance Gila Martow, critique du Parti progressiste-conservateur en matière de francophonie. La députée de la circonscription de Thornhill, élue pour la première fois en 2014, est catégorique: les Franco-Ontariens ne perdront pas au change s’ils votent pour le Parti PC, au contraire.

«On va faire mieux que les libéraux sur les enjeux francophones. Ils ont fait beaucoup de promesses, mais les actions manquent», lance-t-elle. «Les libéraux ont promis de faire de l’immigration francophone une priorité. Pourtant, ils ont atteint la moitié de la cible d’immigrants francophones qu’ils s’étaient fixés! Ils promettaient aussi plus de commerce avec les pays francophones et d’attirer plus d’étudiants francophones étrangers. Mais où sont les résultats? Je suis exaspérée», confie la députée.

Il faut dire qu’elle ne digère pas les propos de la ministre des Affaires francophones, la libérale Marie-France Lalonde. Dans un article publié en début de semaine par #ONfr, Mme Lalonde soutenait que Doug Ford pourrait bien voir l’adhésion de l’Ontario à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) comme une dépense superflue et qu’il fallait s’attendre à de nombreuses coupures de sa part.

«Nous allons continuer avec l’Organisation internationale de la Francophonie et voir combien ça coûte pour devenir membre de plein droit. Mais avant de m’engager en ce sens, je veux entendre le souhait de la communauté franco-ontarienne à ce propos», réplique Gila Martow. Actuellement, l’Ontario est un membre observateur de l’OIF depuis 2016.

La députée de Thornhill, Gila Martow. Crédit image: Maxime Delaquis

Faire la prière du matin en français

Gila Martow a parlé avec Doug Ford et elle le dit sensible aux préoccupations des Franco-Ontariens. «Je vois dans notre caucus des députés anglophones, comme moi, qui apprennent le français. J’ai parlé à Doug Ford et il veut travailler sur les dossiers francophones. Nous voulons représenter les francophones», jure-t-elle.

Le Parti PC partagera ses propositions aux francophones au cours des prochaines semaines, assure Gila Martow. Mais si son parti remporte la victoire le 7 juin prochain, le français gagnera aussi du terrain à l’intérieur de la chambre des députés, promet-elle. «Nous devons entendre plus le français à l’assemblée. Les députés francophones et francophiles doivent parler plus en français lors de la période des questions et quelques fois par mois, nous devons faire la prière du matin en français», lance-t-elle.

Dans l’éventualité d’un gouvernement progressiste-conservateur, elle promet qu’au lendemain de l’élection, elle mettra aussi tout en place pour qu’une délégation du Parti PC se joigne à l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), qui regroupe des parlementaires de pays francophones. L’APF se rassemblera en juillet à Québec et elle croit que des retombées sont possibles grâce aux échanges entre les députés présents.

Le Parti progressiste-conservateur de l’Ontario ne s’est jamais vraiment remis du scandale entourant la décision de l’ex-premier ministre Mike Harris de fermer l’Hôpital Montfort. La mobilisation des Franco-Ontariens a finalement eu raison de la décision, mais le prix politique à payer pour le Parti PC a depuis été très élevé.

Gila Martow dit que sa formation politique fait maintenant du recrutement de spécialistes de la santé francophones une priorité. Elle mentionne aussi le problème de l’assimilation des jeunes Franco-Ontariens et de la pénurie d’enseignants francophones dans la province.

Un nouveau point de contact pour les francophones

L’abolition du poste de conseiller aux Affaires francophones au Parti PC, suite au départ du chef Patrick Brown, avait été accueillie avec étonnement par la communauté franco-ontarienne. Avec la victoire de Doug Ford, la francophone d’origine libanaise, Cozette Giannini, hérite d’une partie des tâches disponibles.

«J’ai été nommée directrice des relations communautaires et des relations avec les parties prenantes. Mes cartes d’affaires sont toutes chaudes! Je fais le lien avec les francophones et les communautés ethniques», a-t-elle confié lors d’un entretien avec #ONfr.

Cozette Giannini révèle que Doug Ford rencontrera des représentants de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) d’ici quelques jours. «Probablement la semaine prochaine ou la suivante. Nous sommes en contact», dit-elle.

La rencontre doit permettre à Doug Ford de comprendre davantage les enjeux francophones et de préparer ses propositions à la communauté en vue de l’élection générale. Elle avait déjà rendu possible une conférence téléphonique entre Doug Ford et le président de l’AFO, Carol Jolin, pendant la course à la chefferie.

Cozette Giannini, directrice des relations communautaires et des relations avec les parties prenantes pour Doug Ford. Crédit image: gracieuseté

Arrivée au pays en 1991, Cozette Giannini a étudié en sciences politiques au Collège Glendon de l’Université York. Ses deux fils étudient dans des écoles élémentaires et secondaires francophones de Toronto, où elle siège sur un comité de parents. Elle est une ardente défenseure de Doug Ford et elle est proche de la famille depuis plusieurs années.

Elle dit travailler dans la continuité. «On veut rester engagé avec les Franco-Ontariens. On a travaillé très fort [sous Patrick Brown]. Il faut continuer cela», dit-elle. À ce sujet, elle salue le travail effectué par Roxane Villeneuve, ancienne conseillère aux Affaires francophones, avec qui elle dit être toujours en contact. Elle dit même espérer son retour prochain.

«Doug Ford respecte les francophones, Doug veut continuer le travail sur la francophonie», assure-t-elle. «ll y a 600 000 Franco-Ontariens, il faut les impliquer dans cette élection et il faut qu’ils votent!», ajoute Mme Giannini.

 

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

[Entrevue] Le message de Doug Ford aux francophones

Parti PC: le poste de conseiller aux Affaires francophones aboli

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.