Passer au contenu Passer au pied de page

« En temps de crise, le message en français, aussi, est essentiel », insiste la FCFA

Temps de lecture : 4 minutes

OTTAWA – Faut-il être plus conciliant en période de crise envers les manquements aux droits linguistiques de la part des gouvernements ? La question divise les francophones sur les médias sociaux, mais la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada insiste qu’il s’agit d’une question de sécurité publique.

Il y a deux semaines, Santé Canada autorisait l’étiquetage unilingue de produits désinfectants et antiseptiques afin de répondre à l’urgence sanitaire liée à a crise de la COVID-19. Dénoncée par certains, justifiée par d’autres, cette décision s’ajoutait à d’autres accrocs aux droits linguistiques observés depuis l’arrivée de la pandémie au Canada.

Allocutions majoritairement en anglais du premier ministre Justin Trudeau, conférence de presse unilingue des premiers ministres Doug Ford, en Ontario, et Blaine Higgs, au Nouveau-Brunswick, le français semblait parfois rangé au second rang.

« C’était à prévoir ! En temps normal, on reproche déjà au fédéral et aux provinces de ne pas appliquer leur code règlementaire. Le problème est davantage mis en lumière en temps de crise », analyse le politologue de l’Université d’Ottawa, Martin Normand.

Ce dernier juge très faible l’action du gouvernement fédéral en matière de respect des langues officielles. Exemple marquant, selon lui, le message du premier ministre Justin Trudeau adressé aux enfants, lors de son allocution quotidienne du 23 mars, aussi diffusé sur les médias sociaux.

« Il a fallu attendre plusieurs jours pour avoir une version en français. La première était en anglais sous-titrée. Quel enfant va lire les sous-titres ? C’est symptomatique : M. Trudeau accommode les francophones à la marge. »

Ne pas créer de précédent

Discrète depuis le début de la pandémie, la FCFA surveille la situation.

« C’est inacceptable qu’en temps de crise, on juge correct de ne pas offrir des services en français. Ajouter des étiquettes en français sur des produits comme des désinfectants, ça ne prend pas tant de temps ! », déplore le président de l’organisme porte-parole des francophones en situation minoritaire, Jean Johnson.

Et de poursuivre : « On va nous reprocher de toujours revendiquer pour du français, mais c’est notre travail ! Et si on ne le fait pas, on pourrait très bien nous dire plus tard : pourquoi ce n’est pas correct de ne pas desservir les francophones aujourd’hui, si ça l’était en temps de crise ? On n’a pas le luxe de laisser passer ça ! »    

« En temps de crise, il faut être d’autant plus vigilant ! » – Jean Johnson, président de la FCFA

L’avocat acadien, spécialiste des droits linguistiques, Michel Doucet, rappelle qu’au Nouveau-Brunswick, il a fallu une question en français d’une journaliste québécoise pour qu’une traduction simultanée soit disponible lors des conférences de presse de M. Higgs et qu’un service d’interprétation soit mis en place.

« On sait que cela peut être source d’erreurs, malgré la qualité des interprètes et des traducteurs », rappelle-t-il, l’ayant déjà constaté lors de certains procès. « Il devrait y avoir, en tout temps, un des deux ministres du gouvernement qui parle français, sur place, pour répondre aux questions et passer les messages. Dans la seule province officiellement bilingue du Canada, on se rend compte qu’au niveau politique, il n’y a qu’une seule langue officielle : l’anglais. Imaginez le tollé que ça provoquerait si le premier ministre du Québec faisait des conférences de presse juste en français ? »

En comparaison, il juge moins sévèrement le premier ministre Trudeau, malgré quelques lacunes.

Une question de sécurité

À Ottawa, où le caractère bilingue de la ville a fait l’objet d’une loi, la situation n’est guère meilleure, comme l’a démontré la parution d’un message truffé de fautes de Santé publique Ottawa.

Le message diffusé par Santé publique Ottawa sur Twitter, le 29 mars. Source : Twitter

Pour les intervenants interrogés par ONFR+, il est pourtant essentiel que le message soit bien compris pendant une crise d’une telle ampleur.

« Les études l’ont démontré : en temps de crise, quand les gens sont anxieux, même s’ils sont bilingues, le message passe mieux dans leur langue maternelle », note M. Doucet.

M Johnson juge regrettable que plusieurs francophones relativisent les manquements.

« C’est une question de sécurité publique ! Ceux qui pensent que c’est correct sont sûrement bilingues. Mais ils oublient qu’il y a beaucoup d’unilingues francophones au Canada. Eux aussi ont le droit d’être informés et protégés ! »

« Ceux qui pensaient que l’enjeu linguistique était réglé ont la preuve que ce n’est pas le cas » – Martin Normand, politologue

Le politologue Martin Normand s’interroge.

« Quand tout va bien, on dit que ce n’est pas le moment de déclencher une tempête linguistique. Quand il y a des difficultés économiques, on dit de ne pas trop en demander. Et quand il y a une crise, ce n’est pas non plus le moment… C’est quand le bon temps pour parler des services en français ? »

Des leçons à tirer

Une fois la crise du coronavirus passée, ces situations fourniront de nouveaux arguments à la FCFA pour militer pour une modernisation de la Loi sur les langues officielles.

« On va revenir avec une nouvelle perspective. On a beaucoup insisté sur l’avantage économique du bilinguisme, mais on doit aussi rappeler que c’est une question de sécurité publique. Jamais, avant cette crise, on n’aurait pensé qu’il fallait le préciser ! »

Le président de la FCFA, Jean Johnson. Crédit image : Étienne Ranger

M. Normand voit même au-delà.

« La situation actuelle nous montre l’importance d’avoir un ou une ministre uniquement responsable des Langues officielles. Mme Joly a d’autres chats à fouetter comme ministre du Développement économique. »

Ces derniers jours, M. Trudeau semble avoir équilibré son allocution entre le français et l’anglais. Mais au fédéral comme au niveau des provinces, un bilan sera nécessaire, estime M. Doucet.

« C’est difficile d’ajuster le tir en pleine crise, mais les gouvernements auront une importante réflexion à avoir. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
13+