#Canada, #Francophonie, #Ontario

Mulroney refuse l’invitation du fédéral

La procureure générale et ministre aux Affaires francophones, Caroline Mulroney. Crédit image: Jackson Ho

OTTAWA – Invitée à comparaître par le comité permanent des langues officielles, la ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, n’a pas pris de temps pour refuser de s’exprimer devant les élus fédéraux sur les coupures qui touchent les Franco-Ontariens.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

La décision du gouvernement ontarien de supprimer le Commissariat aux services en français et d’annuler le projet d’Université de langue française inquiète l’ensemble des membres du comité, tous partis confondus.

Raison pour laquelle les élus fédéraux ont décidé, mardi matin, d’inviter Mme Mulroney comme témoin «pour discuter de la vitalité des communautés francophones en Ontario, à la lumière des récentes décisions concernant l’Université francophone et le Commissariat aux services en français lors d’une réunion publique télévisée d’une durée de deux heures».

Une invitation qu’a tout de suite balayée du revers de la main la ministre provinciale, indiquant qu’elle ne répondrait aux questions qu’à Queen’s Park.

«Nous venons d’avoir la réponse officielle et son bureau nous réfère à toutes les déclarations publiques qu’elle a pu faire», a expliqué en après-midi le président du comité, le député libéral Denis Paradis. «Je trouve ça extrêmement important l’échange qu’on aurait pu avoir, car c’est vraiment dramatique ce qui se passe en Ontario.»

Au pupitre, le président du comité permanent des langues officielles, le député libéral Denis Paradis. Archives #ONfr

Ce dernier indique que le comité va réfléchir à ses options.


«La Loi sur les langues officielles n’est pas une loi ordinaire, c’est une loi quasi constitutionnelle et je pense que c’est important que toutes les provinces la respectent aussi» – Denis Paradis, président du comité


Si elle ne se présentera pas devant le comité, la ministre Mulroney devrait toutefois s’entretenir par téléphone, vendredi matin, avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly.

 

Motion unanime

L’invitation d’un ministre provincial devant un comité parlementaire fédéral n’est pas chose fréquente, même si cela est déjà arrivé par le passé. S’ils reconnaissent ne pas pouvoir forcer Mme Mulroney, les membres du comité insistent pour dire que la motion a été adoptée à l’unanimité.

«Tout ce qu’on lui demande, elle ou un membre de son gouvernement, c’est de saisir la balle au bond et de venir s’asseoir sur la chaise d’un comité non partisan qui ne vise qu’à aider la situation. Je suis sûr qu’après ça, les Canadiens vont mieux comprendre ce qu’ils font, même si je suis en désaccord en tant que Canadien français. Elle doit prendre la tribune qu’on lui offre à Ottawa», a insisté le vice-président du comité, le député conservateur Alupa Clarke.

Le député conservateur Alupa Clarke à la Chambre des communes. Crédit image: gracieuseté

Cette unanimité tranche avec les échanges houleux observés, lundi, à la Chambre des communes où une motion de soutien aux Franco-Ontariens avait divisé les élus fédéraux, s’accusant mutuellement de partisanerie.

«Tous les membres autour de la table [du comité permanent des langues officielles] veulent faire avancer la francophonie», témoigne la députée libérale franco-ontarienne, Mona Fortier, qui est à l’origine de la motion qui a été défaite à la Chambre des communes hier. «Pourquoi est-ce qu’on est encore en train de reculer dans certaines communautés comme en Ontario avec des acquis qui étaient très clairs? Je pense qu’il faut questionner ça et j’espère que le dialogue qu’il va y avoir avec le gouvernement de l’Ontario sera dans les deux sens.»


«Je trouve que Mme Mulroney a pris une décision un peu trop hâtive. On lui demande des explications, c’est raisonnable!» – François Choquette, député NPD


Le porte-parole des langues officielles pour le Nouveau Parti démocratique (NPD), également vice-président du comité, François Choquette demande à la ministre déléguée aux Affaires francophones de reconsidérer sa position.

«Je pense que Mme Mulroney devrait écouter la demande comme il faut pour comprendre l’objectif de cette invitation. Ce n’est pas une demande d’un parti politique, c’est une demande de tous les partis politiques. Le comité agit de manière neutre. Si elle n’a rien à cacher, pourquoi elle ne se présente pas pour parler avec nous?»

 

Crise nationale

Le député néo-démocrate de Drummond, au Québec, juge qu’il s’agit d’une crise linguistique qui touche tout le Canada.

«Depuis jeudi dernier, j’ai des gens du Québec qui m’en parlent presque tous les jours. Ils me disent que c’est grave, ils essaient de comprendre les motivations. Est-ce que Mme Mulroney comprend elle-même les implications que ces décisions-là entraînent pour le Canada au complet?»

Car pour M. Paradis, même s’il s’agit d’une décision provinciale, Ottawa a aussi son mot à dire.

«C’est le rôle du gouvernement canadien d’être là pour les groupes minoritaires à travers le pays. Ces groupes sont bafoués en moment. On ne peut pas agir unilatéralement du côté des provinces en disant que la Loi [sur les langues officielles] n’existe pas.»

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Bataille de motions, au fédéral, en soutien aux Franco-Ontariens

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.