Passer au contenu Passer au pied de page

Les étudiants pourront bénéficier de la prestation d’urgence

Temps de lecture : 4 minutes

OTTAWA – À compter de vendredi, le gouvernement canadien étendra sa prestation d’urgence afin d’offrir un peu de répit aux étudiants qui ne parviennent pas à se procurer un travail d’été. Les étudiants admissibles recevront 1 250 $ par mois de mai à août 2020.

« Au mois de mai, les étudiants partout au pays ont l’habitude de commencer leur emploi d’été. Malheureusement, de nombreux emplois d’été ne sont plus disponibles en raison de la COVID-19, ce qui pose des défis pour les jeunes Canadiens », explique la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough.

Les étudiants qui ont des personnes à charge et ceux qui ont une incapacité permanente recevront 500 $ de plus, soit 1 750 $ par mois. Les étudiants qui ont un emploi, mais qui gagnent moins de 1 000 $ par mois sont aussi admissibles.

Cette aide pour les étudiants avait été annoncée le 22 avril dernier, mais on en attendait encore les détails.

La ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough. Capture d’écran

En tout, ce programme coûtera 9 milliards de dollars au gouvernement canadien et sera géré par l’Agence du revenu du Canada.

La ministre du Développement économique, Mélanie Joly, a aussi annoncé le lancement du Fonds d’aide et de relance régionale (FARR). En vertu de ce nouveau fonds, près d’un milliard de dollars sera alloué aux entreprises et organismes dans des secteurs tels que la fabrication, la technologie et le tourisme.

« Le message aujourd’hui, c’est qu’on est là pour vous aider », a déclaré Mme Joly.

« Si vous êtes tombé entre les mailles du filet – si en tant qu’entrepreneur ou en tant qu’entreprise, vous n’avez pas accès à la subvention salariale ou au prêt de 40 000 $ pour les PME – venez parler à votre agence de développement économique. »

La ministre du Développement économique, Mélanie Joly. Capture d’écran

Le FARR sera administré par les six agences de développement régional, dont FedDev et FedNor en Ontario.

Toujours pas d’énoncé économique

Avec tous les programmes d’aide financière qu’a annoncés le gouvernement, plusieurs se demandent à quoi ressemblera le bilan économique de l’année.

Lorsqu’interrogé à ce sujet, Justin Trudeau a réaffirmé qu’il n’est pas en mesure de répondre à cette question.

« Nous sommes dans une situation sans précédent », explique le premier ministre. « Un énoncé économique prévoit généralement ce qui va se passer dans l’économie canadienne au cours des 12 prochains mois. À l’heure actuelle, c’est un grand défi de prédire ce qui peut se passer dans les 12 prochaines semaines. »

La frontière américaine toujours fermée

Le premier ministre canadien demeure aussi avare de détails en ce qui concerne la question de la réouverture de la frontière américaine. Il note cependant que les négociations se poursuivent avec les États-Unis.

« Nous reconnaissons tous qu’alors que nous prenons des mesures pour protéger les Canadiens de l’intérieur du pays, nous demeurons vulnérables aux cas de COVID-19 qui pourraient arriver de l’extérieur », déclare M. Trudeau.

« C’est pour cela que nous limitons de manière extrême les déplacements internationaux, y compris ceux provenant des États-Unis. J’ai parlé plusieurs fois avec le président Trump lors des dernières semaines et ces interactions sont toujours très positives. »

Doug Ford a offert son appui à cette décision.

« Je veux que la frontière reste fermée », a renchéri le premier ministre ontarien, lors de sa conférence de presse. « Je l’ai dit très clairement lors de mon entretien téléphonique avec le premier ministre Trudeau. »

« Nous aimons nos voisins américains du Sud, mais pour l’instant nous ne pouvons pas prendre le risque d’ouvrir la frontière. »

L’Ontario prend en main des foyers de soins de longue durée

Une nouvelle ordonnance d’urgence permet au gouvernement de l’Ontario de prendre temporairement en main la gestion des maisons de soins de longue durée les plus touchées par la COVID-19. La province pourra intervenir si l’établissement connaît un nombre élevé d’infections ou de décès, ou s’il est confronté à une pénurie de personnel.

Cette mesure permettra de limiter la propagation du virus dans les maisons de soins, affirme le premier ministre ontarien.

« Avec ce nouveau décret, nous serons mieux préparés à passer à l’action de manière immédiate si un foyer ne parvient pas à endiguer ce virus mortel », a déclaré Doug Ford.

Le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce. Capture d’écran

En conférence de presse, le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, a aussi présenté plus de détails quant à l’initiative qui permet de réaffecter les travailleurs du secteur de l’éducation dans les hôpitaux et les foyers de soins de longue durée.

L’initiative ne concerne ni les enseignants ni les éducateurs, mais vise plutôt le personnel d’entretien et de bureau, ainsi que les travailleurs sociaux.

Le ministre de l’Éducation ne s’est toutefois pas prononcé à savoir si les écoles rouvriront avant la fin de l’année scolaire.

Il signale toutefois qu’un plan sera dévoilé la semaine prochaine au sujet de « l’intention d’augmenter de manière significative le programme d’apprentissage pour l’été afin d’atténuer la perte d’apprentissage ».

L’Ontario en chiffres

 329 nouveaux cas et 40 décès de plus en Ontario
 21 236 cas au total (70 342 au Canada)
 1 765 décès en Ontario (5 049 au Canada)
 1 018 hospitalisés, 189 en soins intensifs
475 058 tests en Ontario, dont 13 395 en attente de résultats

Les nouveaux cas en Ontario poursuivent leur déclin avec seulement 329 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures. On note aussi une légère diminution du nombre de patients dans les unités de soins intensifs et à l’hôpital en général.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+