Les positions sur Israël d’une députée néo-démocrate ébranlent le NPD

La députée de Hamilton-Centre Sarah Jama au QG du NPD le soir des élections partielles, le 17 mars dernier. Crédit image: Sandra Padovani

TORONTO – Les prises de position contre Israël hier de la députée néo-démocrate de Hamilton-Centre Sarah Jama ont fait réagir. Depuis la demande de rétractation de Marit Stiles, la cheffe du Nouveau Parti démocratique (NPD), le suspense planait sur l’avenir de la députée au sein du parti. Celle-ci s’est finalement excusée en fin de journée, condamnant le terrorisme du Hamas contre des civils.

En cause, la publication hier de la députée sur X (ex-Twitter) réagissant à l’attaque du groupe islamiste Hamas (aux commandes de Gaza en Palestine depuis 2007) contre Israël.

Ses positions, qui n’impliquaient pas de mention de condamnation de la violence de l’attaque contre les civils israéliens, qualifiaient « l’occupation de la Palestine depuis une génération » d’apartheid et mettaient l’accent sur le message suivant : « Nous devons mettre fin à toute occupation des terres palestiniennes et à l’apartheid ».

Le soir même, Marit Stiles avait exhorté la députée de son caucus à retirer sa publication : « Cette déclaration ne reflète pas la position de notre parti. La déclaration de la députée Sarah Jama n’a pas été approuvée par notre caucus. J’ai demandé qu’elle retire sa déclaration et demande clairement qu’elle dénonce toute violence contre les peuples israélien et palestinien. Les attaques terroristes du Hamas contre des milliers de civils israéliens innocents sont injustifiables et doivent être condamnées sans équivoque. »

La publication toujours en ligne 24 heures après, soit une prise de position potentielle de Sarah Jama, laissait présager la possibilité d’une décision radicale d’exclusion de la députée de Hamilton-Centre du caucus, un peu moins de sept mois après son élection.

Plus tôt dans la journée, le premier ministre ontarien Doug Ford a, dans une déclaration publique, sommé la députée de démissionner de son siège, la qualifiant d’antisémite, en référence à sa participation à des rallyes propalestiniens.

« Sarah Jama a une longue histoire d’antisémitisme bien documentée. (…) Près de 24 heures après la déclaration inquiétante de Mme Jama, Mme Stiles ne l’a pas encore tenue pour responsable d’avoir publiquement soutenu le viol et le meurtre de juifs innocents. En tant que premier ministre, je fais ce que Mme Stiles ne fait pas et j’appelle Sarah Jama à démissionner immédiatement de son poste de députée provinciale. »

Prise de position et rétractation

En cette fin de journée, la cheffe du NPD s’est positionnée via une déclaration publique réitérant tout d’abord le manquement de la publication de la députée qui « n’a pas dénoncé sans équivoque la violence du Hamas contre les Israéliens », ce qui « ne reflétait pas les positions de notre parti ».

Invoquant des raisons personnelles comme circonstances atténuantes – « Je comprends l’impact personnel que cela a sur elle en tant que personne ayant une famille palestinienne » –, Marit Stiles déclare avoir « clairement indiqué que tous les membres de notre caucus condamnaient les attaques terroristes du Hamas et que nous soutenions la position du NPD fédéral qui appelle à la fin de nouvelles effusions de sang. La députée Jama a réaffirmé son engagement à cet égard ».

« Les néo-démocrates ont toujours défendu avec passion les droits de la personne des Palestiniens et des Israéliens. Nous sommes solidaires des communautés contre l’antisémitisme, le racisme anti-palestinien et l’islamophobie », conclut celle-ci.

Sarah Jama s’est quant à elle excusée de la peine causée auprès du peuple juif et israélien et a condamné le terrorisme du Hamas et la violence contre des civils, tout en maintenant son opposition à la riposte d’Israël : « Les bombardements et le siège d’Israël contre les civils à Gaza, comme l’ont également souligné les Nations Unies, sont une erreur. »