#Ontario

L’état des finances «pas raisonnable», selon la vérificatrice générale

Bonnie Lysyk, vérificatrice générale de l'Ontario. Crédit image: Archives #ONfr

TORONTO – Dans un rapport publié à quelques jours du déclenchement de la campagne électorale, la vérificatrice générale de l’Ontario, Bonnie Lysyk, estime que le gouvernement a «sous-estimé» les dépenses, résultant à un déficit plus élevé que prévu. Selon ses calculs, le déficit atteindra 11,7 milliards de dollars l’an prochain.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

Dans son budget 2018-2019, le gouvernement avait annoncé un déficit d’environ 6,7 milliards de dollars. Mais Mme Lysyk estime que le gouvernement de Kathleen Wynne n’a pas «correctement» calculé l’incidence réelle de son plan pour réduire les facteurs d’électricité des Ontariens, résultant à un déficit deux fois plus élevé. Elle déplore aussi la manière dont le gouvernement incorpore comme des revenus sa part dans certains régimes de retraite publique.

Selon ses calculs, le déficit prévu pour 2018-2019 sera plutôt de 11,7 milliards de dollars. Pour la période fiscale de 2019-2020, Mme Lysyk estime que le déficit sera encore plus élevé que prévu et atteindra 12,2 milliards de dollars.

La vérificatrice générale de l’Ontario, Bonnie Lysyk. Crédit image: Jean-François Morissette

«La sous-estimation des dépenses porte à croire que le gouvernement dispose de plus d’argent que ce n’est effectivement le cas», a-t-elle expliqué.

Pour remplir ses obligations, la vérificatrice générale craint que le gouvernement soit obligé d’emprunter pour faire face à des dépenses «mal comptabilisées».

Le rapport de la vérificatrice général portant sur les dépenses du gouvernement. Crédit image: Jean-François Morissette

D’après un rapport datant de décembre dernier, Bonnie Lysyk estimait que le plan du gouvernement pour réduire les factures d’électricité des Ontariens coûterait près de 40 milliards de dollars sur une période de 30 ans, incluant des frais d’intérêts additionnels de 4 milliards de dollars, qu’elle juge «inutiles».

Mme Lysyk a rejeté du revers de la main les critiques du gouvernement. Selon elle, ce n’est pas seulement un désaccord entre «comptables», comme le soutien Queen’s Park.


«La différence est plus fondamentale qu’une dispute entre comptables, il faut que le gouvernement soit responsable de ses décisions» – Bonnie Lysyk


Selon elle, l’opinion présentée le 25 avril est une «réflexion réelle» des finances publiques et aura comme conséquence d’alourdir la dette de la province.

D’ailleurs, la vérificatrice générale de l’Ontario déplore que le gouvernement ait utilisé des firmes comptables externes pour valider son plan de réduction des factures d’électricité. Pour elle, c’était un «acte délibéré» pour tenir son bureau hors des discussions.

 

Un désaccord, selon le gouvernement

La présidente du Conseil du Trésor, Eleanor McMahon, a minimisé ce qu’elle qualifie de «désaccord» avec le bureau de la vérificatrice générale de l’Ontario. Selon Mme McMahon, les finances publiques sont en ordre et il s’agit seulement d’une différence comptable qui donne des résultats différents.

Le ministre des Finances de l’Ontario, Charles Sousa, a martelé que l’économie de l’Ontario «surpassait les prédictions» et qu’elle grandissait plus rapidement que «toutes les économies dans les pays du G7».

Il a ajouté que les comptes publics étaient validés par deux firmes comptables privées.

Pour sa part, la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a rappelé que dans le cas du plan pour réduire les factures d’électricité, son gouvernement «a fait un choix».

La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne. Crédit image: Jean-François Morissette

En point de presse avant le dépôt du rapport de la vérificatrice générale de l’Ontario, Mme Wynne a insisté qu’il s’agissait au final «d’un désaccord comptable».

 

Les oppositions fulminent

Le chef législatif du Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario, Victor Fedeli, n’a pas caché sa frustration face au gouvernement. Selon lui, la première ministre Kathleen Wynne a choisi «délibérément» de cacher le réel état des finances publiques. Il déplore particulièrement la situation dans laquelle se trouve la province, l’état sub-national le plus endetté selon lui.

Lisa MacLeod, critique en matière de finances du Parti PC, a ajouté qu’il était bien révélé avec ce rapport «qu’une fois de plus», le gouvernement «mentait» aux Ontariens. Elle a rappelé qu’un gouvernement sous Doug Ford, le chef du Parti PC, s’engageait à faire une vérification externe des finances publiques afin de «savoir ce que Kathleen Wynne cache».

La critique en matière de finances du Parti PC, Lisa MacLeod, et le chef législatif du Parti PC de l’Ontario, Victor Fedeli. Crédit image: Jean-François Morissette

Le critique en matière de finances pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario, John Vanthof, s’est insurgé de voir qu’encore une fois, «le gouvernement adopte une manière de comptabiliser (les finances publiques) qui le fait bien paraître». Il n’a toutefois pas accusé le gouvernement Wynne de «mentir», mais déplore qu’il trompe les électeurs.

John Vanthof déplore particulièrement le fait que le plan du gouvernement pour réduire les factures d’électricité ne soit pas comptabilisé dans les comptes publics.

 

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Des dépenses inutiles et un manque de suivi, selon la vérificatrice générale

Un déficit de 4 milliards de dollars, calcule le BRF

Les tarifs d’électricité dans la mire de la vérificatrice générale

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72

Jean-François Morissette est un diplômé des programmes de sciences politiques et de journalisme de l’Université Laval, à Québec. Il a évolué au sein de plusieurs médias, dont le journal provincial L’Étoile, qui couvre les dossiers de la communauté francophone du Nouveau-Brunswick. Il a aussi collaboré avec Le Journal de Québec et la Quête. Il couvre le parlement ontarien pour #ONfr.