Passer au contenu Passer au pied de page

« Nous regardons les options pour améliorer la communication en français », assure Mulroney

Temps de lecture : 2 minutes

[ENTREVUE EXPRESS]

QUI :

Caroline Mulroney est ministre des Transports et des Affaires francophones de l’Ontario.

LE CONTEXTE :

L’Ontario tente d’enrayer la pandémie de COVID-19. La province est la plus touchée au Canada. Ce lundi, Santé publique Ontario a annoncé un sixième décès lié au virus. Au total, 503 cas positifs ont été rapportés.

L’ENJEU :

Le gouvernement progressiste-conservateur a annoncé, aujourd’hui, plusieurs nouvelles mesures pour répondre à la situation et éviter la transmission de la COVID-19. Mardi, à minuit, les commerces non essentiels seront fermés. Mais des critiques s’élèvent face au manque de communication en français.

« Votre gouvernement a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre la COVID-19. Pourquoi décider de fermer les commerces non essentiels ?

Nous suivons les recommandations du Dr David Williams [médecin hygiéniste en chef de l’Ontario]. Il nous a indiqué que c’était une mesure importante à prendre pour freiner la propagation du virus. On laisse 36 heures aux entreprises pour s’adapter.

Ça n’a pas été une décision facile, car on sait qu’il y aura un grand impact économique. On s’en soucie bien sûr, mais c’est une crise extraordinaire et on espère que cette période de fermeture de 14 jours aidera à freiner la propagation de la COVID-19.

Quels seront les commerces touchés ? Les Ontariens pourront-ils magasiner en ligne ?

Les commerces non essentiels seront fermés à partir de mercredi matin. Resteront ouverts ceux qui permettent aux Ontariens d’avoir accès aux produits de première nécessité.

Pour le reste, la liste complète des commerces qui pourront rester ouverts sera dévoilée demain.

Peut-on imaginer des mesures encore plus importantes comme le confinement obligatoire de la population ontarienne ?

Le plus important, c’est de protéger la santé des Ontariens et donc nous suivons les conseils des experts en prenant les mesures qui sont nécessaires.

Certaines critiques s’élèvent dans la communauté franco-ontarienne concernant l’absence de communication en français lors des points de presse quotidiens du premier ministre Doug Ford, puis de Santé publique Ontario. La province ne devrait-elle pas s’assurer de transmettre ces messages importants aussi en français ?

Comme ministre des Affaires francophones, il est certain que je porte une grande attention à ces préoccupations. Mais je tiens à dire que toutes les informations que nous diffusons sont disponibles en français.

On se concentre sur la crise de santé publique. Mais nous regardons aussi les options pour améliorer la communication en français.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) juge que le gouvernement devrait avoir un porte-parole présent à chaque point de presse pour communiquer et répondre aux questions en français. Allez-vous être plus présente ?

Je serai là. C’est vrai que je ne suis pas présente pour le moment et qu’il y a un manque de français lors des points de presse. Mais je suis en isolement volontaire depuis dix jours, comme le recommande Santé publique Ontario, car je suis allée en voyage à l’extérieur du pays. Je n’ai toutefois aucun symptôme et peux continuer de travailler sur mes dossiers des transports et des affaires francophones même en isolement. »

2+

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+