#Francophonie, #Ontario

L’Ontario va bouder le Sommet de la Francophonie

TORONTO – Il y a deux ans, l’Ontario célébrait en grand, à Madagascar, son accession à l’Organisation internationale de la Francophonie. Cette année, le portrait sera bien différent: la province dépendra de la délégation du gouvernement fédéral pour la représenter. L’OIF n’est plus la priorité, affirme le gouvernement Ford.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Caroline Mulroney, ministre déléguée aux Affaires francophones, ne pourrait pas être plus claire: «La priorité de notre gouvernement est d’appuyer les Franco-Ontariens et les Franco-Ontariennes, ici en Ontario».

L’Ontario n’aura pas d’élus présents au Sommet de la Francophonie, qui se déroulera les 11 et 12 octobre à Erevan, en Arménie. Il n’y aura pas non plus de fonctionnaires du gouvernement. Rares sont les membres de l’OIF qui ne participent pas au grand sommet de la francophonie internationale.

«L’Ontario demeure membre, mais nous sommes dans un trou de 15 milliards de dollars et si on a de l’argent à dépenser, les Franco-Ontariens aimeraient que l’on dépense sur le territoire», a expliqué Caroline Mulroney en entrevue avec #ONfr.

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney Crédit photo: Jackson Ho

Si le nouveau gouvernement provincial entretient une relation houleuse avec son homologue fédéral, ce sera néanmoins le gouvernement de Justin Trudeau qui représentera l’Ontario lors du Sommet. «Le gouvernement fédéral va en Arménie et je sais que le gouvernement fédéral va bien représenter le Canada et l’Ontario», a indiqué Mme Mulroney.

Si la ministre déléguée aux Affaires francophones assure que l’Ontario demeurera un membre de l’Organisation internationale de la Francophonie, il semble clair que les sommes injectées dans ce projet pourraient diminuer, voir disparaître complètement.

Officiellement, l’Ontario a injecté 300 000 $ dans l’organisation depuis son adhésion. Outre une somme de 75 000 $ dédiée au fonds de fonctionnement de l’OIF, le gouvernement Wynne avait décidé d’investir 150 000 $ dans un fonds d’éducation qui finance des programmes de formation pour adultes dans les pays francophones en voie de développement et 75 000$ dans un programme favorisant l’égalité entre les hommes et les femmes. Cela ne comprend pas les frais de voyages et autres sommes nécessaires en marge de la contribution volontaire.

 

Marie-France Lalonde déçue

La ministre sortante des Affaires francophones, la libérale Marie-France Lalonde, ne cache pas sa déception. «C’est assez clair, tristement. Notre membriété à l’OIF, c’était une première fondation pour les prochaines étapes à venir pour la culture, l’immigration et pour les dossiers économiques. C’était un tremplin. On comprend que l’Ontario va être représenté par le fédéral peut-être pour les prochaines années. J’espère qu’on ne va pas se retirer, ça serait vraiment triste, mais je ne crois pas qu’il va y avoir beaucoup d’avancées», a-t-elle indiqué.

La ministre sortante des Affaires francophones de l’Ontario, Marie-France Lalonde, en compagnie de la Secrétaire générale de l’OIF, Michaëlle Jean. Crédit image: Gracieuseté OIF

Le gouvernement libéral promettait depuis 2016 que l’Ontario deviendrait éventuellement membre permanent de l’OIF. Pour les libéraux, les retombées économiques éventuelles grâce à des partenariats avec des pays francophones constituaient une source de motivation de se joindre à la francophonie internationale.

Martin Normand, politologue de l’Université d’Ottawa, n’est pas surpris par la décision du gouvernement Ford. «Ce n’est rien d’encourageant d’entendre ça. On savait que l’Ontario ne deviendrait pas membre permanent de l’OIF sous un gouvernement progressiste-conservateur, on en a la confirmation avec cette déclaration. Mais la façon de le dire laisse même entendre la possibilité d’un retrait pour faire des économies», a-t-il indiqué après avoir appris les propos de Caroline Mulroney.

À l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, l’organisme de représentation des Franco-Ontariens, on accueille avec prudence les déclarations de la ministre. «Le sommet n’est peut-être pas l’endroit idéal. Il y a beaucoup de rencontres de l’OIF durant l’année qui répondent peut-être plus aux besoins de nos gens d’affaires. Le plus important, c’est de prendre le temps de monter une délégation économique avec les bonnes personnes», a indiqué Carol Jolin, président de l’organisme. «On n’a pas encore exploité le potentiel qu’on peut aller chercher du côté de  l’OIF, mais en tant qu’observateur, il y a beaucoup à faire et c’est encore embryonnaire», a-t-il ajouté.

Selon lui, il serait malvenu de s’éloigner des instances de l’OIF, alors que la province tente de développer l’économie bilingue de la province.

 

Article écrit avec la collaboration de Benjamin Vachet.


POUR EN SAVOIR PLUS:

Michaëlle Jean veut rencontrer Doug Ford

L’ambitieux projet de l’Ontario dans l’OIF [ANALYSE]

Francophonie: la stratégie de l’Ontario

L’Ontario dans la francophonie: ce qui va changer

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.