Passer au contenu Passer au pied de page

Santé Canada supprime l’obligation de bilinguisme sur les produits nettoyants

Temps de lecture : 2 minutes

OTTAWA – Après avoir déjà levé les obligations de bilinguisme sur les étiquettes des contenants de désinfectants et antiseptiques vendus au Canada, au début de la pandémie, Santé Canada élargit sa directive temporaire aux produits d’entretien.

Dans un communiqué diffusé discrètement sur les médias sociaux, ce lundi, Santé Canada explique que « devant la demande sans précédent et le besoin urgent pour des produits qui favorisent la lutte contre la COVID-19, comme les produits d’entretien », certaines exigences réglementaires seront provisoirement suspendues.

La principale : le bilinguisme, de nouveau victime de la pandémie. L’étiquetage bilingue ne sera plus obligatoire pour les produits d’entretien utilisés au travail et qui sont régis par la Loi sur les produits dangereux (LPD).

Cette mesure – provisoire, insiste Santé Canada – doit permettre de faciliter l’accès aux produits d’entretien provenant des États-Unis.

« La mesure provisoire sera appliquée uniquement pendant la pandémie. Après la pandémie, Santé Canada appliquera de nouveau toutes les exigences auxquelles ces produits doivent satisfaire en ce qui concerne les renseignements sur les dangers et la mention des dangers sur les étiquettes », précise le ministère.

Santé Canada demande toutefois aux fabricants de distribuer, dans la mesure du possible, tout produit dont l’étiquette est bilingue, ou en français seulement, dans les régions du Canada où la population parle et comprend principalement le français, sans l’exiger toutefois.

La FCFA estomaquée

Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean Johnson ne cache pas sa frustration.

« Je suis estomaqué qu’on traite les francophones avec aussi peu de respect. Le message qu’on leur envoie, c’est qu’ils sont des citoyens de seconde zone et que leur santé publique n’est pas importante. Combien de fois faudra-t-il répéter que c’est une question de sécurité ? »

« Imaginez si on envoyait à travers le pays des produits avec un étiquetage unilingue français ? Mais l’inverse, c’est correct ? » – Jean Johnson, président de la FCFA

L’organisme porte-parole des francophones en situation minoritaire plaide pour l’ajout d’une étiquette autocollante bilingue afin de pouvoir s’approvisionner sans compromettre la situation des citoyens qui maîtrisent mal l’anglais.

« C’est hallucinant de voir ça, encore une fois, en pleine pandémie ! C’est un manque de volonté politique et j’aimerais que le premier ministre réponde du comportement de son gouvernement. »

La décision de Santé Canada intervient quelques jours seulement après le rappel du commissaire aux langues officielles du Canada, Raymond Théberge, qui insistait lui aussi que le respect du bilinguisme est une question de santé et de sécurité dans la crise de la COVID-19.

Joint par ONFR+, le bureau de la ministre de la Santé, Patty Hajdu, défend une mesure exceptionnelle.

« On va toujours défendre nos deux langues officielles. Il s’agit d’une mesure temporaire pour répondre à une situation sans précédent », justifie un porte-parole de la ministre, dans un échange de courriels.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
8+