Passer au contenu Passer au pied de page

Stéphanie Chouinard, Caroline Gélineault, et Chloé Freynet-Gagné à TLMEP

Temps de lecture : 2 minutes

MONTRÉAL – Surprise dans la programmation de l’émission Tout le monde en parle (TLMEP) de dimanche, dévoilée cet après-midi sur les médias sociaux. Les deux Franco-Ontariennes, Stéphanie Chouinard et Caroline Gélineault, seront sur le plateau, de même que la Franco-Manitobaine, Chloé Freynet-Gagné.

Cette invitation fait suite à la nouvelle polémique créée par Denise Bombardier lors de l’émission de dimanche dernier. La romancière et journaliste avait provoqué des commentaires négatifs en confirmant sa vision pessimiste, statistiques à l’appui, de la francophonie, mais surtout en pointant du doigt l’accent « inintelligible » de certains francophones en milieu minoritaire.

Le passage de Denise Bombardier sur le plateau de Tout le monde en parle s’inscrivait quelques jours après la diffusion de son documentaire Denise au pays des Francos. Produit par la firme Manito Médias, on y voit pendant 52 minutes la romancière partir à la rencontre des francophones, notamment à Toronto ou encore à Winnipeg.

Mmes Gélineault, Chouinard et Freynet-Gagné ont toutes trois participé au documentaire de Denise Bombardier… Sans réussir manifestement à lui faire changer d’avis.

Caroline Gélineault, décrite comme « agressive » par Mme Bombardier lors du tournage de ce reportage, sera donc sur le plateau. Visage familier des Franco-Ontariens, cette étudiante originaire de Geraldton, dans le nord de Ontario, a été notamment présidente de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO), en 2010-2011.

Stéphanie Chouinard est politologue au Collège militaire royal du Canada à Kingston. Elle intervient souvent dans différents médias à titre de spécialiste des enjeux pour les francophones en milieu minoritaire.

Enfin, Chloé Freynet-Gagné, originaire de Saint-Vital, dans le Manitoba, vit maintenant à Montréal, où elle est étudiante. C’est l’une des premières à avoir lancé à Mme Bombardier une invitation pour se rendre directement dans le Manitoba, après le premier passage controversé de la romancière sur le plateau de TLMEP, le 22 octobre 2018.

« On ne peut pas dire que c’est le Canada qui a fait que les Québécois parlent encore français. À travers le Canada, toutes les communautés francophones ont à peu près disparu. Il en reste encore un peu en Ontario », avait déclaré Mme Bombardier à l’époque, provoquant déjà une première vague de protestations.

Première émission « franco-ontarienne » en novembre 2018

Ce n’est pas la première fois qu’un groupe de francophones en milieu minoritaire sera invité à se rendre sur le plateau de la populaire émission de Guy A. Lepage.

Le 25 novembre 2018, quelques jours après les compressions du gouvernement ontarien dans les services en français, l’avocat Ronald Caza, la députée Amanda Simard, la co-présidente du Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO), Marie-Pierre Héroux, ainsi que la présidente du conseil d’administration de l’Université de l’Ontario français, Dyane Adam, étaient invités.

Très regardée parmi les Franco-Ontariens et par les francophones à travers le pays, l’émission TLMEP est régulièrement critiquée sur les médias sociaux pour son manque de représentativité des francophones vivant en contexte minoritaire.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
5+