#Francophonie, #Ontario

Sudbury: Brian Bigger reste en poste

Gracieuseté: Wikicommons

SUDBURY – Vingt-quatre heures après le dévoilement de la grande majorité des résultats des élections municipales en Ontario, les électeurs du Grand Sudbury connaissent enfin leur maire. Brian Bigger a été réélu à la tête de la municipalité pour un deuxième mandat.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Le maire sortant avait fort à faire puisqu’ils étaient dix autres candidats à lorgner sur son poste. Mais finalement, Brian Bigger a réussi à remporter la course et à se défaire de ses deux principaux opposants, l’ancienne journaliste et présidente de la Fondation Enfants NEO d’Horizon Santé-Nord, Patrica Mills et le président de Trend Tec Canada et président-directeur général d’Aircew Training Canada, déjà défait en 2014, Dan Melanson.

Selon les résultats non officiels, M. Bigger s’est fait élire avec 28,32 % des votes exprimés, contre 18,8 % pour Mme Mills et 16,73 % pour M. Melanson. L’élection municipale a été marquée par un taux de participation extrêmement bas, avec seulement 45 % d’électeurs qui se sont prévalus de leur droit de vote.

Le maire de Sudbury, Brian Bigger. Gracieuseté

L’ancien vérificateur général de la ville entamera donc un deuxième mandat à la tête du Grand Sudbury.

La campagne électorale dans le Grand Sudbury a été marquée par le débat autour de la construction du district de divertissement du Kingsway et de son casino, qui suscite beaucoup d’inquiétude à Sudbury. Durant la campagne, M. Bigger a défendu ce projet estimé à 100 millions de dollars, alors que la majorité de ses adversaires s’y opposaient. M. Bigger a également promis un gel de l’impôt foncier.

 

Les attentes des francophones

Quasiment absente des enjeux de la campagne, la communauté francophone sudburoise a plusieurs attentes envers le maire Bigger, un unilingue anglophone considéré toutefois comme «ouvert» à la francophonie, selon l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) du grand Sudbury.

La communauté franco-ontarienne a notamment pu apprécier l’ouverture de trois postes en communication avec des critères d’embauche bilingues et des contacts plus fréquents, qui ont notamment permis de mener une campagne conjointe de sensibilisation à l’affichage bilingue dans les commerces de Sudbury.

Pour ce nouveau mandat, M. Bigger devra notamment s’atteler à la tâche de la construction de la Place des Arts, alors que le début des travaux est imminent. La communauté franco-ontarienne espère entre autres un financement annuel de fonctionnement de 260 000 $.

Dans un questionnaire envoyé aux candidats, le maire s’est également montré légèrement ouvert à développer une politique sur l’affichage bilingue.

«Il y aura des coûts, mais c’est quelque chose qui pourrait être mis en œuvre efficacement sur le temps», écrit M. Bigger.

Quant à la question du «leadership de la Ville de Sudbury à devenir bilingue», M. Bigger a fait preuve de réserves.

«Il faudra beaucoup de travail et nous aurons à regarder les impacts que cette désignation aurait sur la prestation de services déjà en place.»

 

Vote électronique

L’élection du conseil municipal de Sudbury a été marquée, comme dans plus d’une vingtaine d’autres municipalités de l’Ontario, par des problèmes liés au vote électronique qui ont contraint la Ville à accorder une journée de plus aux électeurs pour aller voter.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

La francophonie absente des élections municipales à Sudbury

L’ACFO de Sudbury veut relancer l’affichage bilingue

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.