Passer au contenu Passer au pied de page

Un ministre démissionne en accusant Higgs de diviser les francophones et anglophones

Temps de lecture : 4 minutes

FREDERICTON – Le ministre de l’Éducation du Nouveau-Brunswick Dominic Cardy a quitté son poste critiquant son patron Blaine Higgs de fragmenter la communauté francophone et anglophone dans la province. Quelques heures après cette sortie, Blaine Higgs a profité d’un remaniement ministériel pour procéder à la nomination d’un ministre ouvertement anti-bilinguisme.

L’Acadien Dominic Cardy qui était aussi responsable du Développement de la petite enfance et vice-président du Conseil du Trésor attaque Blaine Higgs dans une lettre ouverte. Le premier ministre anglophone a souvent été accusé par le passé de ne pas être sensible aux enjeux linguistiques dans la province, ce que lui reproche également le député de Fredericton Ouest-Hanwell.

« Vos efforts pour retarder ou saper le travail lié à la réconciliation entre nos communautés linguistiques et culturelles ont été une occasion manquée d’unir notre province, de célébrer une culture francophone forte et de mener des efforts pour construire une culture anglophone forte et inclusive », critique celui qui aura été dans le cabinet Higgs au cours des quatre dernières années.

Dominic Cardy. Capture d’écran Youtube

Ce dernier reproche la volonté de Blaine Higgs de supprimer le programme d’immersion langue française d’ici 2023 lui rappelant qu’il avait fait campagne en promettant de ne pas politiser le système éducatif.

« Une initiative qui n’est pas incluse dans notre plateforme ou dans le discours du Trône, et qui n’a pas été partagée ou approuvée par le Cabinet ou le caucus exercerait une pression énorme sur le système d’éducation et nuirait à l’éducation des élèves anglophones de notre province. »

Dans un rapport en février dernier, deux commissaires responsables de réviser le système d’éducation de langue seconde recommandent au gouvernement d’abolir le programme d’immersion en français arguant qu’il crée trop d’inégalités, car ce ne sont pas tous les élèves qui y sont inscrits. La juge Yvette Finn et John McLaughlin recommandent la création d’un nouveau programme d’immersion en français, mais précisent d’éviter des changements brusques au programme d’immersion.

« Le changement exige de la prudence, pas un boulet de démolition », prévient dans sa lettre Dominic Cardy.

« Vous ne pouvez pas modifier les échéances de grands systèmes en fonction de votre état émotionnel, sans nuire à la qualité du travail ou au moral de votre équipe. J’ai travaillé sans relâche pour préparer notre système aux changements. Beaucoup sont accomplis, mais certains seront bloqués à cause de votre microgestion. Le gouvernement n’est pas la même chose que la construction de pétroliers », critique-t-il évoquant la carrière de M. Higgs comme cadre chez Irving Oil.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs.
Le premier ministre du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs. Source : Twitter

Dominic Cardy juge aussi la non-réponse du gouvernement au rapport des deux commissaires sur la révision de la Loi sur les langues officielles, qui n’a pas eu de retour depuis son dépôt en décembre 2021. Blaine Higgs avait promis une réponse en juin avant de repousser le tout à cet automne au dernier jour de la session législative.

« Les excuses interminables pour ne pas répondre au rapport sur la Loi sur les langues officielles sont embarrassantes pour un gouvernement élu sur des promesses d’action et d’unité », dénonce celui qui assure qu’il siègera toujours comme député progressiste-conservateur.

L’ex-ministre évoque aussi dans sa missive, un épisode où Blaine Higgs aurait crié « data my ass » à un fonctionnaire « parce que vous n’aimiez pas ce que les données vous montraient ».

« C’était la fin de votre projet politique à mes yeux. Si vous rejetez les preuves parce qu’elles vous déplaisent, alors vous ne croyez pas aux preuves », écrit-il ajoutant que le point de non-retour avait été atteint.

Un député contre le bilinguisme au cabinet

Le départ de Dominic Cardy a nécessité un remaniement ministériel alors que Blaine Higgs a procédé à la nomination de Kris Austin comme ministre de la Sécurité publique.

Ce dernier est le dernier chef de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, un ancien parti ouvertement hostile au bilinguisme officiel car il s’agissait de « gaspillage de fonds publics ». Alors qu’il était chef, M. Austin prônait l’abolition du système de santé francophone, proposait de mettre la clé dans le Commissariat aux langues officielles en plus de remettre en question l’idée d’avoir des autobus séparés pour les élèves francophones.

M. Austin a rejoint le Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick en mars en dissolvant sa propre formation politique. La Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) a qualifié « d’insulte » la décision de Blaine Higgs.

« Sa nomination au sein du cabinet illustre à quel point ce gouvernement est complètement déconnecté des aspirations d’environ un tiers de sa population, soit de la communauté acadienne et francophone de la province », a réagi le président de l’organisme Alexandre Cédric Doucet.

Le président de la SANB, Alexandre Cédric Doucet.
Le président de la SANB, Alexandre Cédric Doucet. Gracieuseté : SANB

Pour la SANB, Kris Austin n’aura aucune légitimité « tant et aussi longtemps qu’il n’affirme pas son appui inconditionnel pour le bilinguisme officiel et son désir de voir respecter l’État de droit en ce qui concerne les droits linguistiques ».

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !