#Ontario

Le déficit de l’Ontario serait de 15 milliards de dollars

Le premier ministre Doug Ford et son ministre des Finances, Vic Fedeli. Archives #ONfr

TORONTO – Le ministre des Finances, Vic Fedeli, a profité de son passage devant le Canadian Club de Toronto, ce vendredi matin, pour faire une mise à jour du déficit de la province. Selon le nouveau gouvernement, le déficit de l’Ontario atteindrait 15 milliards de dollars et non 6,7 milliards, comme le prétendait l’ancien gouvernement libéral.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

À peine élu, le gouvernement progressiste-conservateur avait annoncé la mise en place d’une Commission d’enquête indépendante sur les finances de l’Ontario dirigée par Gordon Campbell.

Quelques mois plus tard, les conclusions de l’ancien premier ministre libéral de la Colombie-Britannique sont sans appel. Selon le gouvernement, les comptes publics de la province sont dans le rouge, et ce, depuis un certain temps.

«Contrairement à l’affirmation du gouvernement précédent selon laquelle le budget était équilibré, l’Ontario accusait en fait un déficit de 3.7 milliards de dollars en 2017-2018.»

Selon le rapport, la province de l’Ontario aurait un déficit de 15 milliards de dollars et sa dette nette se serait accrue de 263,2 milliards de dollars lors des 27 dernières années, avec un ratio de dette nette au PIB passé de 13,4 % à 38 %.

Bonnie Lysyk, vérificatrice générale de l’Ontario. Archives #ONfr

Une analyse qui rappelle les nombreuses passes d’armes entre l’ancien gouvernement libéral et la vérificatrice générale de l’Ontario, Bonnie Lysyk, sur le niveau du déficit. En avril dernier, celle-ci jugeait que le gouvernement de Kathleen Wynne sous-estimait les dépenses et que le déficit était plus élevé qu’annoncé. Selon ses calculs, il devait atteindre 11,7 milliards de dollars en 2018-2019.

«Tous ces chiffres sont exacts, tout dépend du calcul utilisé et les comptables ne s’entendent pas sur la bonne manière de calculer», explique la politologue de l’Université d’Ottawa, Geneviève Tellier, pour qui l’annonce de ce vendredi ne révèle aucune surprise et constitue une pratique courante pour tout nouveau gouvernement. «Dalton McGuinty l’avait fait à son arrivée au pouvoir, tout comme Philippe Couillard, au Québec.»

 

Recommandations

Pour faire face à la situation, le gouvernement de Doug Ford annonce qu’il suivra les principales recommandations de la Commission Campbell.

Celui-ci préconise notamment une plus grande transparence lors de la préparation du budget, rétablir des rapports constructifs avec la vérificatrice générale, rétablir la notation de crédit AAA de la province, réviser le budget de 2018-2019 afin de refléter les redressements comptables proposés par la Commission et ramener la réserve à son niveau historique de 1 milliard de dollars et dresser un plan financier assorti de cibles pour rééquilibrer les comptes de la province.

Mais selon Mme Tellier, le principal impact de cette annonce concernerait davantage une révision de la Loi de 2004 sur la transparence et la responsabilité financières.

«Je ne serais pas surprise que le gouvernement la modifie en ajoutant l’interdiction du déficit, comme dans le temps de Mike Harris.»

 

Coupures à venir?

«C’est seulement lorsque le gouvernement de l’Ontario fait véritablement état de sa position déficitaire réelle que nous pouvons commencer à remettre la province sur la voie de l’équilibre budgétaire et de la viabilité financière», a déclaré le ministre Fedeli. «Voilà pourquoi nous acceptons aussi volontiers les recommandations de la Commission d’enquête et que nous voulons travailler de bonne foi avec la vérificatrice générale afin d’appliquer des solutions.»

Pendant la campagne, le Parti progressiste-conservateur s’était déjà engagé à trouver des économies de l’ordre de 6 milliards de dollars. L’opposition néo-démocrate dit craindre l’amorce de coupures et de privatisations dans la province.

«Ce que M. Fedeli dit clairement, c’est que rien n’est protégé en Ontario. Nos hôpitaux, les écoles de nos enfants, nos systèmes de transport… tout ce dont nos familles ont besoin et qui compte pour elles est en danger entre les mains de M. Ford», a commenté la porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière de Finances, Sandy Shaw, par voie de communiqué.

Mais pour la politologue de l’Université d’Ottawa, ce ne sera pas nécessairement le cas.

«M. Ford avait déjà annoncé qu’il ferait des coupures pendant la campagne électorale, mais je ne pense pas que le déficit annoncé aujourd’hui augmente celles-ci. Cette annonce lui permet plutôt de gagner du temps. Il sera, par exemple, plus facile de ne pas diminuer les impôts tout de suite en prétextant qu’il y a des sacrifices à faire, d’autant que son électorat aime l’équilibre budgétaire.»

Dernière mise à jour vendredi 21 septembre 2018, à 14h13.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

L’état des finances «pas raisonnable», selon la vérificatrice générale

Des dépenses inutiles et un manque de suivi, selon la vérificatrice générale

Un déficit de 4 milliards de dollars, calcule le BRF

Les tarifs d’électricité dans la mire de la vérificatrice générale

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.