Passer au contenu Passer au pied de page

« Le futur du français en Alberta dépend du recensement »

Temps de lecture : 4 minutes

OTTAWA – La présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), Sheila Risbud, et la présidente du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSFCB), Marie-Pierre Lavoie, expliquent l’impact, dans l’Ouest, de l’absence d’un dénombrement adéquat des potentiels élèves de langue française.

« L’impact, c’est qu’on estime mal le nombre de personnes qui pourraient être dans nos écoles francophones. On construit donc des écoles qui sont trop petites dès qu’elles ouvrent leurs portes », résume Mme Risbud.

La présidente de l’ACFA était devant le comité permanent des langues officielles, mardi, pour plaider avec d’autres organismes l’ajout de questions linguistiques au formulaire court obligatoire du recensement de 2021 afin de dénombrer tous les ayants droit.

Actuellement, seuls les citoyens dont le français est la première langue apprise et encore comprise sont dénombrés dans le recensement.

« Ce que compte Statistique Canada ne reflète pas la situation de la francophonie en Alberta. On a des gens qui arrivent, qui n’ont peut-être pas le français comme langue maternelle, mais qui parlent le français. Ils ne sont pas comptés ! », illustre Mme Risbud.

L’exemple de la Colombie-Britannique

Et c’est pourtant sur ces chiffres que s’appuient les gouvernements provinciaux quand vient le temps de déterminer la nécessité, la taille et le lieu pour une nouvelle école de langue française. En Colombie-Britannique, cette situation crée des situations ubuesques, explique la présidente du CSFCB, Marie-Pierre Lavoie.

« À Pemberton, la juge a conclu qu’on avait droit à une école de 55 élèves en prenant seulement les données de Statistique Canada, qui ne comptent qu’une seule catégorie d’ayants droit. On avait pourtant déjà 59 élèves à l’école élémentaire de la Vallée de Pemberton ! Aujourd’hui, on en a 79 ! Les maths ne marchent pas ! »

L’école élémentaire de la Vallée de Pemberton, en Colombie-Britannique. Gracieuseté CSFCB

Même si la province subventionne tous les élèves inscrits, ces derniers se retrouvent dans des écoles « pleines à craquer » et inadéquates, ajoute-t-elle.

« On a une école, à Terrace, qui est faite juste de portatives toutes raboutées l’une à l’autre. L’école de Pemberton, c’est la même chose : ce sont deux portatives. Est-ce que c’est attrayant pour un parent de mettre ses enfants là ? Non. Mais les parents sont convaincus et veulent que leurs enfants apprennent le français. »

Un risque d’assimilation

Toutefois, certains finissent par se décourager, reconnaît Mme Risbud.

« On perd des élèves qui veulent aller dans une école où il y a un gymnase qui a du bon sens et un laboratoire de science qui est bien construit, et non dans une école qui est un bric-à-brac de portatives. »

Pour la communauté franco-albertaine, l’impact est potentiellement énorme.

« Même si on a des exemples de jeunes qui restent actifs dans la communauté tout en fréquentant une école anglophone, à un moment donné, la transmission linguistique se perd quand on n’a pas la scolarisation en français. Le futur du français en Alberta dépend du résultat du recensement ! »

La crainte est la même en Colombie-Britannique, acquiesce Mme Lavoie.

« On peut perdre des générations ! Si on n’est pas capable de compter nos jeunes, les titulaires du droit de fréquenter les écoles de langue française, on s’en va vers une certaine assimilation ! »

Choix politique

La balle est donc dans le camp du gouvernement fédéral, puisque selon l’article 21 de la Loi sur la Statistique, c’est au gouvernement de « prescrire, par décret, les questions à poser lors d’un recensement ».

« Le gouvernement détermine ce qu’il veut recenser, mais la méthodologie, c’est la responsabilité de Statistique Canada », nuance René Arseneault, député libéral et secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly.

Mme Lavoie et Mme Risbud en conversation avec les députés libéraux, René Arseneault et Patricia Lattanzio. Crédit image : Benjamin Vachet

Toujours est-il que le député conservateur Bernard Généreux s’impatiente, alors qu’en 2017, le comité permanent des langues officielles sur lequel il siégeait avait déjà appuyé la démarche des organisations francophones qui, comme l’ACFA et le CSFCB, demandaient un meilleur calcul des ayants droit dans le recensement de 2021.

« Ça devient un choix politique ! René [Arseneault] tu as une grosse job à faire ! », a-t-il lancé, en pleine réunion.

Le député acadien, à l’origine du travail actuel du comité sur cette question, tente de calmer le jeu.

« C’est une suite de notre travail de 2017. Statistique Canada nous a confirmé qu’ils allaient faire des tests dans l’été 2019. On veut maintenant entendre quels sont les résultats. C’est la première étape. Attendons de voir le résultat et si on est capable de dénombrer les ayants droit en fonction des nouvelles questions. »

Le statisticien en chef de Statistique Canada, Anil Arora, sera devant le comité ce jeudi. Quelles que soient ses réponses, Mme Risbud place la balle dans le camp du gouvernement.

« On espère vraiment que côté politique, ça va bouger ! Il y a une très belle opportunité de le faire à temps pour le recensement 2021, alors on a l’espoir que le gouvernement suive sa promesse électorale. »

Qui sont les ayants droit ?

Selon la Charte canadienne des droits et libertés, trois catégories d’individus peuvent inscrire leurs enfants dans des écoles de langue française en contexte minoritaire :

  • les citoyens dont la première langue apprise et encore comprise est celle de la minorité francophone,
  • les citoyens canadiens qui ont reçu leur instruction, au niveau primaire, en français,
  • les citoyens canadiens dont un enfant fréquente ou a fréquenté, au primaire ou au secondaire, une école de langue française au Canada.

 

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+