Passer au contenu Passer au pied de page

Les accents français admis sur la carte Santé des Ontariens

Temps de lecture : 3 minutes

TORONTO – Tous ceux qui portent un nom français pourront désormais changer leur carte de santé gratuitement. Le plan de la province visant à rendre les accents, cédilles et trémas visibles sur tous les documents officiels en Ontario entame sa deuxième étape. Ce projet avait démarré en septembre 2020 sous l’impulsion de la ministre Mulroney.

Le 25 septembre 2020 marquait le début d’une première étape : permettre les accents sur les permis de conduire et carte-photos. La deuxième étape de ce plan est arrivé presque deux ans plus tard et cette fois-ci, c’est la carte Santé qui se voit offrir des noms et prénoms accentués. On ne lira donc plus « Anais Dupre », mais « Anaïs Dupré ».

« L’Ontario est déterminé à bâtir une province inclusive où tout un chacun a sa place et où la culture et la diversité sont respectées », a annoncé Michael Ford, ministre des Affaires civiques et du Multiculturalisme, via communiqué de presse.

Et d’ajouter : « Nous sommes heureux que les caractères de langue française soient désormais accessibles sur l’ensemble des pièces d’identité du gouvernement de l’Ontario fréquemment utilisées. »

Attendre toujours

La revendication des Franco-Ontariens d’obtenir des accents sur leurs cartes officielles ne date pas d’aujourd’hui, loin de là. Certes, c’est une véritable question d’identité que d’avoir son prénom correctement écrit sur des documents devant attester de sa personne, mais c’est aussi une reconnaissance du français dans la province et des services alloués en français.

À l’origine d’une pétition provinciale, la députée néo-démocrate France Gélinas a toujours considéré que cette longue attente était un manque de respect sous couvert que les systèmes informatiques devaient être modernisés.

Au micro d’ONFR+, France Gélinas s’est avouée heureuse d’une telle victoire : « C’est une belle journée, pour les dizaines de milliers de personnes qui ont signé notre pétition. C’est aussi la reconnaissance de nos ancêtres et de nos lignées. »

Elle rappelle notamment que l’Ontario était la seule province à ne pas avoir les accents sur les documents officiels. « Les autres territoires et le Nunavut avaient le système, mais pas nous. »

« En 2022, le gouvernement dépense des milliards dans des logiciels pour faire ceci et cela, mais ne prend pas le temps de demander s’ils pourront lire les accents en français. Le message est clair : on ne compte pas et le français ce n’est pas une grande priorité. »

Par communiqué, la ministre de la Santé et vice-première ministre, Sylvia Jones, se dit ravie de cette avancée : « Nous appuyons la communauté francophone de l’Ontario et améliorons son expérience lorsqu’elle accède à des services essentiels partout dans la province. »

Dans la même veine, la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, réitère ce qu’elle avait déjà dit en 2020 : « En rendant disponibles les caractères en français sur les cartes Santé de l’Ontario, le gouvernement de l’Ontario démontre sa détermination à étendre des services de qualité pour la communauté francophone de la province. »

La prochaine étape pourrait être l’identification linguistique sur les cartes de santé, le débat ayant refait surface durant la campagne électorale de mai dernier. 

Changer ses cartes gratuitement

Il est donc désormais possible d’ajouter des caractères français comme : À, Â, Ç, É, È, Ê, Ë, Ï, Î, Ô, Ù, Û, Ü. Pour demander gratuitement une nouvelle carte Santé et un changement de nom avec de tels caractères français, il faut se rendre dans un bureau de Service Ontario, muni de documents prouvant le nom officiel avec les caractères français.

Un document de citoyenneté canadienne, ou un document d’immigration sont admis. Il faudra, quoi qu’il en soit, présenter une preuve légale. Ce qui peut s’avérer compliqué, même si les actes de naissances respectent aujourd’hui les accents, certains anciens certificats ne mentionnent pas ces accents.

Mme Gélinas souhaite tout de même savourer cette victoire, « je ne suis plus une Gelinas, je suis rendue une Gélinas et j’aime bien ça ».

Cet article a été mis à jour le 3 août 2022 à 14 heures.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !