Passer au contenu Passer au pied de page

L’accent ne fait pas la qualité du français, selon une étude

Temps de lecture : 4 minutes

OTTAWA – Une étude, publiée par l’Université d’Ottawa, révèle que l’accent d’une personne bilingue n’est pas un bon indicateur de son éventuelle maîtrise de la langue. Un argument de plus pour lutter contre l’insécurité linguistique dont souffrent plusieurs francophones en milieu minoritaire.

« Les préjugés ont la vie dure, surtout en matière d’accent ! On a toujours l’impression que ce sont les autres qui ont un accent et parfois, on juge que de ce fait, ils parlent moins bien », lance la professeure et titulaire de la Chaire de recherche du Canada au département de linguistique, Shana Poplack, à ONFR+.

Depuis plusieurs années, cette chercheuse déboulonne les mythes associés à la qualité de la langue chez les personnes bilingues, un sujet particulièrement sensible pour les francophones en milieu minoritaire. Dans une précédente étude, Mme Poplack et son équipe révélaient que l’emprunt de mots anglais par les francophones ne nuit pas à la survie du français ni à la qualité de la langue. Et en entrevue avec ONFR+, elle relativisait également la peur liée à l’usage des anglicismes.

Sa plus récente étude invite à ne pas se fier à l’accent d’une personne pour juger de sa maîtrise de la langue.

« Les résultats de cette recherche, que nous menons depuis plusieurs années, prouvent que la façon dont une personne prononce une langue ne reflète pas sa maîtrise de la structure grammaticale », indique Mme Poplack.

« C’est comme avec les anglicismes, on se focalise sur l’accent, car c’est la première chose qu’on remarque, mais on oublie que c’est un élément superficiel. Le noyau de la langue, ce sont la grammaire et la structure des phrases. »

La recherche a été menée à partir de l’analyse de 3,5 millions de mots provenant du discours spontané d’un échantillon aléatoire de 120 personnes bilingues de la région de la capitale nationale, plus enclins à mélanger des langues.

Ils ont examiné comment ces personnes prononçaient certaines consonnes qui existent en anglais, mais pas en français, dans différents contextes. Ils ont découvert que la forme phonétique que prend le mélange des langues ne suit pas nécessairement une règle précise : les alternances vers l’anglais ne déclenchent pas forcément une prononciation à l’anglaise, alors que les emprunts à l’anglais sont souvent encore prononcés à l’anglaise plutôt qu’à la française.

« On en conclut donc que les gens peuvent parfaitement parler une langue, même si leur accent peut sembler étranger », dit-elle.

Jean Chrétien, un bon exemple

Pour illustrer ces propos, Mme Poplack prend l’exemple de l’ancien premier ministre Jean Chrétien.

« On a dit de lui qu’il ne parlait ni français ni anglais. Quand il parle en anglais, il parle comme s’il parlait en français. Mais cela ne veut pas dire qu’il parle mal. On a le même cas de figure avec le président français, Emmanuel Macron : il garde un accent français quand il parle en anglais, mais ça n’empêche pas que sa grammaire et sa syntaxe sont parfaites. »

Ce stéréotype serait particulièrement associé aux personnes bilingues qu’on accuse parfois de ne savoir parler aucune langue, dit-elle.

« Mais c’est totalement faux, on ne peut pas dire qu’une personne parle moins bien en se référant à sa prononciation. On dirait qu’on exige plus d’eux ! »

Deux des quatre coauteurs de l’étude, l’étudiante au doctorat, Suzanne Robillard, et Nathalie Dion, coordonnatrice de la recherche au Laboratoire de sociolinguistique, fournissent également de bons exemples à Mme Poplack des préjugés liés aux accents.

« Nathalie est Franco-Ontarienne et Suzanne est une francophone de Colombie-Britannique. Quand elles parlent, elles ont une petite aspiration au moment de prononcer les « p » ou les « t ». Au Québec, on leur dit qu’elles parlent très bien pour des anglophones. Mais ce sont des francophones, diplômées en sociolinguistique, qui écrivent et parlent plus que parfaitement le français ! »

Et de faire une comparaison avec l’anglais parlé par les anglophones à travers le monde : « Les anglophones de Nouvelle-Zélande ou d’Australie ont des accents différents, mais on ne va pas dire pour autant qu’ils parlent un moins bon anglais. »

Un outil contre l’insécurité linguistique

La discrimination des accents serait une menace pour le français, soulignait à ONFR+, en 2018, la doctorante en psychologie clinique à l’Université d’Ottawa Nathalie Freynet qui y a consacré plusieurs études. Certains locuteurs francophones préféreraient s’en détourner de peur d’être jugés.

À l’approche du dévoilement de la Stratégie nationale sur la sécurité linguistique, le 20 mars prochain, fruit d’un travail de consultations et de réflexion de deux ans, les résultats de l’étude de Mme Poplack ont de quoi donner le sourire à la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF). La sécurité linguistique est une de ses grandes batailles de ces dernières années.

La présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française, Sue Duguay. Archives ONFR+

« La question de l’accent est revenue souvent dans nos discussions ces dernières années », commente la présidente de l’organisme, Sue Duguay.

« C’est donc toujours très agréable de lire ce genre d’étude qui vient confirmer, preuve à l’appui, ce que nous disons : ce n’est pas l’accent qui fait la qualité de la langue ! C’est juste dommage qu’il faille passer par des études pour convaincre les gens. »

7+

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
7+